Publicité

QUESTION D'ACTU

Moustique Aedes aegypti

Zika, dengue, Chikungunya : une seule piqûre, trois maladies

Une seule piqûre de moustique Aedes aegypti peut transmettre les trois maladies. Mais à priori, les co-infections n'aggraveraient pas les symptômes.

Zika, dengue, Chikungunya : une seule piqûre, trois maladies U.S. Department of Agriculture/Flickr

  • Publié 22.05.2017 à 17h42
  • |
  • |
  • |
  • |


En novembre dernier, des chercheurs de l’université du Colorado (États-Unis) avaient annoncé lors du Congrès de la société américaine de médecine tropicale et d’hygiène à Atlanta, qu’un seul moustique pouvait transmettre à la fois le virus Zika, et le chikungunya. La même équipe, dirigée par Claudia Rückert, publie cette fois les résultats définitifs de son étude dans la revue Nature Communications. Et en une seule piqûre, le moustique Aedes Aegypti peut, en plus des deux précédentes maladies, transmettre la dengue.

 


Carte prédictive de la présence du moustique Aedes aegypti (Crédits : eLife)

 

Si les chercheurs estiment que leurs conditions de laboratoire ne traduisent pas fidèlement les situations de co-infections réelles, sans doute relativement rares, celles-ci ne sont pas isolées. Une récente étude menée au Nicaragua a en effet montré qu’un patient sur 5 testé positif à la dengue, au chikungunya ou au Zika était aussi infecté par un autre de ces virus. Certains patients étaient même porteurs des 3 virus.

Ni synergie, ni compétition

« Les co-infections sont fréquentes chez les humains, explique Mme Rückert. Du moins, elles le sont plus que ce que nous pensions ». Pas étonnant appremment, puisqu’une même piqûre peut les transmettre en même temps. Mais si ce résultat est important, c’est qu’il n’est pas intuitif pour les spécialistes. « Par mes connaissances en tant que virologue, épidémiologiste et entomologiste, je pensais que les virus entreraient en compétition, ou alors se renforceraient d’une manière ou d’une autre », explique Greg Ebel, directeur du laboratoire de maladies infectieuses de l’université du Colorado.

Mais il semblerait que ce ne soit ni l’un, ni l’autre. « D’un côté, tous ces virus ont des mécanismes de suppression de l’immunité des moustiques, qui pourraient provoquer une synergie, précise-t-il. De l’autre, ils ont tous besoin de ressources similaires dans les cellules infectées, ce qui pourrait engendrer une compétition. Mais nous n’avons observé aucune de ces deux phénomènes chez les moustiques infectés en laboratoire par plusieurs virus. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Diagnostics incomplets

Est-ce que cela signifie que les co-infections n’ont pas de conséquences néfastes sur les patients infectés ? D’après les chercheurs, il n’y a pas de preuve que l’effet combiné des trois maladies augmentent les symptômes et la gravité de chacune d’entre elles contractée séparément. L’étude réalisée au Nicaragua n’a par exemple pas montré de preuves dans ce sens.

 

 

Mais certains symptômes sont communs aux trois arbovirus. Zika s’exprime notamment par des symptômes grippaux, qui peuvent s’accompagner par une éruption cutanée. La dengue et le chikungunya aussi, avec en plus d’éventuelles douleurs articulaires, des saignements de nez ou de la gencive, et des hématomes.

Ces symptômes communs pourraient induire les médecins en erreur. « En fonction des méthodes diagnostiques utilisées et des intuitions des praticiens, il se pourraient qu’ils passent à côté de co-infections, estime Claudia Rückert. Cette mauvaise interprétation pourrait, elle, augmenter la sévérité de la maladie. »

Le risque de la fièvre jaune

Avec son équipe, l'expert souhaite analyser en profondeur les interactions virus-moustique lorsque l’arthropode est porteur de plusieurs agents infectieux, afin de vérifier les éventuelles modifications des virus dans ces cas-là.

Mais un autre élément les inquiète plus particulièrement : la fièvre jaune. Cette maladie, également transmise par le moustique Aedes aegypti, est beaucoup plus dangereuse. Elle touche chaque année environ 200 000 personnes, et en tue 30 000. Le vaccin est efficace, mais pour les personnes non vaccinées, aucun traitement spécifique n’existe.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité