Publicité

QUESTION D'ACTU

Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne

Cancer : un "stylo" capable de détecter des cellules cancéreuses

L'EPFL a mis au point deux sondes en forme de stylo pour détecter les cellules cancéreuses et les ganglions «  sentinelles  » lors de l'ablation d'une tumeur.   

Cancer : un \ © Alain Herzog / 2016 EPFL

  • Publié 09.06.2016 à 12h53
  • |
  • |
  • |
  • |


Ne plus laisser aucune cellule cancéreuse lors d'une ablation de tumeur. C'est l'objectif des chercheurs de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) qui ont développé des sondes légères et sans fil. Elles permettent de traquer les cellules tumorales et les ganglions suspects lors d'une opération chirurgicale. Le dispositif, de la taille d'un stylo, est actuellement testé au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), et dans toute l'Europe. 

 

Facilement manipulable

Lorsqu'un chirurgien opère un patient atteint d'une tumeur, il est primordial que toutes les cellules cancéreuses soient enlevées. La tâche s'avère difficile car la tumeur peut avoir envoyé des micro-métastases dans les ganglions alentour, voir dans le corps tout entier. 

C'est pour répondre à cette problématique que l'EPFL et la société Forimtech, dont les fondateurs sont issus du CERN, viennent de créer deux sondes compactes et légères. D'une taille d'environ 20 centimètres, ces sondes en forme de stylo ne pèsent que 100 grammes chacune. Elles peuvent aisément se manipuler et s'insérer dans l'incision durant une intervention. A l'image d'un compteur Geiger, le système émet des signaux sonores qui guident les gestes du chirurgien.

La physique à la rescousse de la chirurgie

La première sonde, appelée «  Beta  » est d'une genre nouveau et sert à détecter des parties infimes de tissu cancéreux. Avant l'opération, le patient se voit injecter un liquide traçant capable de s'accrocher à la tumeur. Cette substance émet des particules appelées positons et ce sont ces constituants que la sonde va détecter. Avec cet outil, les risques de complications et de dissémination de la maladie sont réduits et permet au chirurgien d'avoir un geste plus précis et de sauvegarder les tissus sains. 

La deuxième sonde, appelé «  Gamma  », est une amélioration d'un concept qui existe déjà. Au même titre que la sonde Beta, elle détecte des particules émises par une substance administrée préalablement au patient. Sauf que cette sonde sert à détecter les ganglions «  sentinelles  » qui sont situés près de la tumeur principale. Ces ganglions doivent être enlevés et analysés car ils servent de relai aux cellules cancéreuses qui pourraient voyager dans le corps.  

Des capteurs hypersensibles

L’innovation de ce dispositif réside aussi dans la miniaturisation de l'électronique. Les défis de l'EPFL ont été de concevoir des sondes maniables mais aussi robustes et faciles à stériliser. En effet, les capteurs utilisés sont d'une grande sensibilité. 



 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité