Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Accueil > Les MALADIES> Bouffée délirante

    Bouffée délirante

    Qu'est-ce qu'une bouffée délirante ?

    Les bouffées délirantes sont des épisodes de délire survenant brusquement chez une personne n’ayant jamais manifesté auparavant de problème psychique de ce type. Très souvent, dans les jours précédant la bouffée délirante, la personne ne dort plus ou très peu.

    La personne atteinte n’a pas conscience qu’elle délire ; elle ne manifeste aucun recul par rapport à ses pensées et à son discours décousus. Sa perception de la réalité est modifiée, le fonctionnement de son esprit et ses relations avec le monde extérieur sont profondément bouleversés. Les hallucinations sensorielles sont fréquentes. Cette bouffée peut durer quelques heures, quelques jours ou quelques semaines.

    Comment évolue une bouffée délirante ?

    La guérison est souvent obtenue au bout de quelques semaines ou quelques mois de traitement. Parfois, la bouffée délirante cesse aussi brutalement qu’elle a commencé. Contrairement à une idée reçue, elle n’évolue que rarement vers la schizophrénie. Chez 25 % des patients, cet épisode reste unique et ne se reproduit jamais.

    La gravité de la bouffée délirante, sa durée et sa résistance aux traitements sont des éléments qui peuvent indiquer une évolution vers d’autres maladies psychiques. Dans tous les cas, les personnes qui ont développé une bouffée délirante doivent être suivies par un spécialiste pendant un à deux ans.

    Quelles sont les causes des bouffées délirantes ?

    Lorsque la personne se trouve depuis longtemps dans un contexte relationnel difficile, la bouffée délirante peut être l’expression d’une décompensation, autrement dit un effondrement brutal des mécanismes de protection psychique qu’elle avait mis en place. Parfois, cette décompensation peut être provoquée par un facteur externe, drogues, surmenage, manque de sommeil, etc. Il arrive qu’une bouffée délirante survienne quelques semaines après un accouchement.

    Qui risque de développer une bouffée délirante ?

    Les bouffées délirantes surviennent le plus souvent chez des adolescents et des jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans. Elles touchent en général des personnes fragiles, psychologiquement vulnérables, immatures, ayant du mal à s’adapter socialement et à trouver leur place dans le monde professionnel. Les bouffées délirantes peuvent, cependant, se manifester au même titre chez des personnes ne souffrant pas de problème particulier et chez qui aucun élément annonciateur ne peut être détecté.

    Comment soigne-t-on les bouffées délirantes ?

    Toute personne ayant développé une bouffée délirante doit être hospitalisée afin de subir des examens et une recherche des causes de son délire. En l’absence de récidive, un traitement médicamenteux est prescrit, limité à quelques mois. Le malade doit ensuite être suivi pendant un à deux ans pour permettre le dépistage d’une éventuelle évolution.

    Les différents médicaments utilisés

    Le traitement d’urgence a pour objectif de faire cesser les délires et de protéger la personne des troubles du comportement qu’ils peuvent provoquer. Les premiers jours, les médicaments sont souvent administrés par injection intramusculaire afin de faire effet plus rapidement.

    Ensuite, les médicaments prescrits sont essentiellement des neuroleptiques, choisis en fonction des symptômes observés. Si d’autres types de symptômes sont présents, comme l’anxiété, d’autres familles de médicaments sont utilisées en association avec les neuroleptiques.

    Quelle est la durée du traitement ?

    Le traitement dure en général quelques mois, sauf si les bouffées délirantes se reproduisent. Dans ce cas, il sera prescrit pour une période plus longue. Si le délire disparaît dans les jours qui suivent l’hospitalisation, les doses de neuroleptiques seront diminuées progressivement, jusqu’à l’arrêt du traitement.

    La psychothérapie est-elle utile pour soigner les bouffées délirantes ?

    Au cours de la bouffée délirante, la psychothérapie apporte un soutien. La personne atteinte peut en effet bénéficier de moments de lucidité pendant son délire. Elle perçoit ce qui lui arrive et peut avoir l’impression de sombrer dans la folie, ce qui la rend très anxieuse. Lorsque les médicaments ont fait leur effet, une psychothérapie peut être nécessaire pour permettre au patient de comprendre ce qui a pu déclencher cet épisode et pour traiter l’état dépressif qui suit souvent la bouffée délirante.

    Comment soutenir un proche qui a une bouffée délirante ?

    En cas de bouffée délirante d’un proche, il faut essayer, dans la mesure du possible, de ne pas s’affoler et de rassurer la personne atteinte. Mais il faut aussi réagir rapidement et faire hospitaliser le malade, même s’il n’est pas d’accord. La bouffée délirante est une urgence psychiatrique, car le malade peut être dangereux pour lui-même et pour les autres. Si nécessaire, une hospitalisation sans le consentement de l’intéressé peut être demandée par un tiers. Par la suite, la famille doit aider le patient à respecter son suivi médical et psychothérapeutique.


    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    07h00 - 16/04
    Etat végétatif / Etat de...
    18h54 - 15/04
    Etude suisse sur des souris
    17h54 - 15/04
    Etude du CNRS
    15h41 - 15/04
    Hospitalisation de la...
    15h11 - 15/04
    + 28%
     
     
    NUTRITION avec le Dr Patrick Serog

    Les secrets du régime méditerranéen

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.