>
>
Maladie de Crohn : une inflammation et des douleurs de tout l’intestin
Maladie de Crohn : une inflammation et des douleurs de tout l’intestin
Maladie de Crohn : une inflammation et des douleurs de tout l’intestin
© 123RF-Theepatheep Kawinpathawee

Maladie de Crohn : LE TRAITEMENT

La maladie de Crohn peut-elle être guérie ?

Il n’existe pas de traitement curatif de la maladie de Crohn mais les traitements disponibles actuellement permettent, le plus souvent, de vivre normalement pendant de longues périodes et avec une bonne qualité de vie. Le traitement permet de lutter contre les poussées (traitement des crises) et de prévenir les rechutes (traitement de fond). Il consiste notamment à prendre des médicaments à effet anti-inflammatoire ou immunomodulateur. Le spécialiste de la maladie de Crohn est le gastroentérologue et il va proposer un traitement adapté à chaque malade dont le suivi sera assuré conjointement avec le médecin traitant.
Lors des poussées, les 5-aminosalicylés (5-ASA) sont les anti-inflammatoires prescrits par voie rectale ou orale chez la majorité des malades en raison de leur bonne tolérance. Les corticoïdes arrivent en deuxième intention, en cas d’inefficacité des 5-ASA ou lors de poussées sévères de la maladie. Ils sont en effet plus efficaces que les 5-ASA, mais ils ont un certain nombre d’effets secondaires qui les font réserver à la 2e intention ou aux formes graves.
En traitement préventif des rechutes (traitement de fond), des immunomodulateurs, ou immunosuppresseurs, sont utilisés pour agir sur l’immunité des malades et réduire l’inflammation à long terme. Il existe plusieurs molécules qui sont par ailleurs utilisées dans d’autres maladies auto-immunes : azathioprine, mercaptopurine et méthotrexate. Plus récentes, les biothérapies ont amélioré la prise en charge. Elles bloquent spécifiquement le TNF-α, facteur d’inflammation présent dans la maladie auto-immune. Deux molécules sont indiquées à ce jour dans la maladie de Crohn (infliximab, adalimumab). Ces traitements sont réservés aux formes sévères et résistantes aux autres traitements. Si ces derniers sontinefficaces, une intervention chirurgicale est parfois requise. Une alimentation adaptée avec supplémentation en diverses vitamines (D, B12…) et oligoéléments, en particulier chez l’enfant, permet d’éviter la survenue d’une éventuelle dénutrition. Le recours à la « nutrition entérale », exclusive ou en complément, est parfois nécessaire.

Les antibiotiques peuvent être indiqués dans certaines complications infectieuses.

L'opération chirurgicale peut-elle être évitée ?

Les traitements médicaux disponibles aujourd'hui permettent souvent d'éviter une opération. Mais le traitement chirurgical peut être indiqué si les médicaments se révèlent insuffisants pour contrôler les signes et les douleurs. L’opération la plus fréquente consiste à enlever les parties du tube digestif très abîmées par les lésions inflammatoires, en rétablissant ensuite la continuité de l’intestin.
Dans certains cas d’inflammations très aiguës ou de fistules, si le chirurgien ne peut pas recoudre bout à bout les parties saines de l’intestin, celui-ci est alors rattaché temporairement à une ouverture dans la paroi de l’abdomen. Par cette ouverture, le contenu de l’intestin est évacué dans une poche qu’il faut changer régulièrement. Cette mise à la peau de l’intestin, appelée « stomie », reste en place jusqu’à ce que la continuité du tube digestif puisse être rétablie, après cicatrisation des zones opérées et régression de l’inflammation. Malheureusement, le fait d’enlever les segments d’intestin malades ne met pas à l’abri des récidives sur l’intestin qui reste et il n’est pas possible de retirer tout l’intestin.

Faut-il suivre un régime spécifique au Crohn ?

L’alimentation ne semble pas vraiment influer sur l'évolution de la maladie de Crohn, même s’il n’est pas impossible d’envisager influer sur la composition du microbiote intestinal d’ici quelques années. Il n’y a donc pas lieu de suivre un régime alimentaire particulier, mais l’alimentation doit rester équilibrée pour éviter toute carence d’apport.
Lorsque les poussées de la maladie sont marquées, il est conseillé de restreindre provisoirement les apports en fibres, c’est-à-dire essentiellement les fruits et les légumes, pour ne pas accentuer les troubles digestifs. En cas de besoin, une diététicienne peut apporter tous les conseils utiles dans le choix d’un régime alimentaire adapté à la phase de la maladie.
Si la maladie est très inflammatoire avec une dénutrition marquée, deux types de traitements peuvent être nécessaires : l’alimentation « entérale » qui est réalisée via une sonde positionnée dans le tube digestif ou l’alimentation « parentérale » via une perfusion placée dans une veine. Ces traitements sont décidés par le médecin et peuvent être poursuivis à domicile.

Qu’est-ce qu’une greffe fécale ?

La greffe fécale consiste à transférer le microbiote intestinal d’un membre sain de la famille à la personne souffrant de maladie de Crohn. Le principe est de remettre un microbiote intestinal sain chez le malade en espérant que ce microbiote sain aura une influence positive pour réduire l’auto-immunité générale et l’inflammation locale. La greffe consiste à transférer des matières fécales d’un individu à l’autre par lavement. Elle requière de nombreuses précautions et il s’agit d’une technique en cours de validation. Quelques tentatives ont semblé donner de bons résultats, mais il faut rester prudent.

<< LE DIAGNOSTIC
VIVRE AVEC >>
Sur le même sujet :
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit