Publicité

MIEUX VIVRE

Semaine européenne de prévention et d’information

Endométriose : freiner la maladie, soulager la douleur

Les traitements actuels de l’endométriose ne font que soulager les symptômes. Mais de nouvelles voies se profilent. Tour d’horizon à l’occasion de la semaine européenne sur la pathologie.

Endométriose : freiner la maladie, soulager la douleur BANOS/TPH/SIPA

  • Publié 06.03.2015 à 09h42
  • |
  • |
  • |
  • |


« Quand on a une fuite à la maison, il faut couper le robinet central », résume Erick Petit qui n’est pourtant pas plombier. Ce radiologue a créé le centre de l’endométriose au sein du Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph. Et cette image, il n’hésite pas à la prendre pour bien faire comprendre ce qu’est l’endométriose et comment fonctionne le traitement de base : la pilule en continu. Et il est important pour le spécialiste de parler de cette pathologie fréquente mais peu connue alors que se tient la semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose.



Une histoire de règles

L’endométriose est une pathologie bénigne mais invalidante qui touche 6 % à 10 % des femmes en âge de procréer. Chaque mois, en l’absence de grossesse, la muqueuse, qui tapisse l’utérus (l’endomètre), se délite. Et cela donne les règles. Rien de plus normal. Mais il peut arriver que, pendant les règles, des cellules de l’endomètre sortent de l’utérus par les trompes de Fallope et migrent sur les ovaires, les intestins, la vessie, voire les poumons et le cerveau.


Et ce tissu, qui s’est échappé, va aussi saigner tous les mois au moment des règles. Il se développe et peut s’infiltrer dans les organes en créant de nouveaux vaisseaux sanguins et de nouveaux nerfs. L’organisme réagit via une inflammation qui devient chronique. Résultat, des douleurs pendant les règles mais aussi lors de rapports sexuels, ainsi qu’une infertilité.

  

 


Pas de guérison 

Les traitements actuels, qu’ils soient médicamenteux ou chirurgicaux, ne permettent « pas de guérir » l’endométriose. Ils sont juste capables « d’atténuer les symptômes », indique le Dr Petit. Selon le spécialiste, l’endométriose ne s’arrête naturellement qu’à la ménopause, avec quelques moments de répit entretemps lors de la grossesse et de l’allaitement, pour les patientes qui parviennent à avoir des enfants.

Le traitement de base actuel de l’endométriose consiste à bloquer les règles, en prenant un traitement hormonal. Le plus souvent la pilule oestroprogestative classique mais en continu. Si, notamment au bout de quelques années, cela ne suffit pas pour calmer les douleurs, les médecins peuvent prescrire aussi des antalgiques. Mais les médicaments ne sont pas la seule solution pour gérer la douleur.


Ecoutez le Dr Erick Petit, Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph : « Il y a 36 façons de gérer la douleur… »


La chirurgie

Si toutes ces stratégies ne parviennent pas à calmer les douleurs, la chirurgie peut s’avérer nécessaire. Elle consiste à retirer l’endomètre qui a migré par exemple sur les ovaires ou la vessie. « Cela ne concerne qu’une minorité de patientes, mais hélas pas mal de patientes en stade avancé qui ont eu un diagnostic tardif », indique Erick Petit. Mais après l’opération, il faut continuer à prendre la pilule en continu sinon on observe « 10% par an de récidive ».


Enfin, pour régler les problèmes de fertilité provoqués par l’endométriose, les patientes peuvent recourir à la procréation médicalement assistée (PMA). « Et 70 % à 80 % des patientes finissent par tomber enceintes au bout du bout », indique le Dr Petit.


Recherches sur l'inflammation

Pour le Pr Frédéric Batteux, chef du service immunologique à l’hôpital Cochin à Paris, on en revient un peu des traitements hormonaux qui permettent de diminuer la douleur mais pas la maladie. « C’est comme mettre un couvercle sur une cocotte-minute. Le feu continue dessous », commente-t-il. Depuis plusieurs années, beaucoup de recherches visent la composante inflammatoire de l’endométriose, et non plus uniquement sa composante hormono-dépendante ».


C’est le cas d’une recherche chez la souris publiée il y a tout juste deux semaines. Des chercheurs ont développé deux composés capables de bloquer les effets inflammatoires des oestrogènes mais sans impact sur les cycles menstruels. Des résultats prometteurs puisqu’ils permettent de soulager les douleurs, de freiner ou d’arrêter la maladie, tout en préservant la fertilité.


Stress oxydatif

Autre voie de recherche intéressante, le stress oxydatif. Le Pr Batteux et ses collègues ont montré que le stress oxydatif avait, comme dans le cancer, un rôle dans la prolifération de l’endométriose. Et dans des modèles animaux, des antioxydants étaient capables de diminuer les lésions endométriales. Des médicaments utilisés pour soigner le cancer ou des maladies inflammatoires (comme la polyarthrite rhumatoïde) ou pour prévenir le rejet d’une greffe se sont aussi révélés efficaces. Mais il est peu probable que de telles molécules soient utilisées un jour contre l’endométriose, selon Frédéric Batteux, car même si l’endométriose est invalidante, elle reste une pathologie bénigne. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité