Publicité

MIEUX VIVRE

Centre International de Recherche sur le Cancer

Cancer du col de l'utérus : un fardeau mondial

Sur les 528 000 nouveaux cas chaque année, 70 % des femmes vivent dans des régions à faible développement. L'OMS plaide pour la mise à disposition d'outils simples de dépistage.   

Cancer du col de l'utérus : un fardeau mondial CHALASANI/SIPA

  • Publié 19.12.2013 à 19h53
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec 528 000 nouveaux cas chaque année, le cancer du col utérin est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde, après les cancers du sein, colorectal et du poumon. Ce cancer est particulièrement fréquent dans les pays pauvres de l’Afrique subsaharienne.
Dans ces pays, les femmes paient un lourd tribut : 34,8 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus pour 100 000 femmes sont détectés chaque année, et 22,5 femmes pour 100 000 décèdent de la maladie. Par comparaison en Amérique du Nord, les chiffres sont respectivement de 6,6 et 2,5 pour 100 000.
D’après le dernier rapport du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) qui dépend de l’OMS, près de 70 % du fardeau mondial pèse sur les régions à faible développement, l’Inde hébergeant plus d’un cinquième de tous les nouveaux cas diagnostiqués.

Des outils de dépistage peu coûteux
« Le cancer du col, qui affecte les femmes jeunes, peut avoir des effets catastrophiques avec un coût humain, social et économiques très élevé », déplore le Dr Rengaswamy Sankaranarayanan, responsable d’un projet de recherche du CIRC sur le dépistage du cancer du col en Inde rurale. « Des outils de dépistage peu coûteux et de faible technicité existent aujourd’hui, qui pourraient réduire sensiblement le fardeau des décès dans les pays les moins développés », a-t-il expliqué.
« Nos études sur le cancer du col ont montré qu’un seul dépistage chez les femmes par inspection visuelle à l'acide acétique peut réduire la mortalité du cancer du col d’un tiers par rapport à l'absence de dépistage.
Dans un autre domaine, ce chercheur a aussi démontré que le dépistage visuel pour le cancer buccal peut réduire les décès chez les consommateurs d’alcool et les fumeurs. « Si les sujets sont soumis à quatre dépistage de ce type tous les trois ans, plus de 85 % des décès de cancer de la bouche pourraient être évités », a-t-il indiqué.

De son côté le directeur du CIRC, le Dr Christopher Wild a plaidé pour que les progrès réalisés ces dernières années dans les régions les plus développées du monde soient mis en oeuvre dans les autres pays pour faire reculer la morbidité et la mortalité. « Ces chiffres mettent en évidence la nécessité de mettre en œuvre les outils dont on dispose déjà pour le cancer du col utérin, notamment la vaccination contre le papillomavirus, combinée à des programmes nationaux bien organisés de dépistage et de traitement », a souligné le Dr Christopher Wild. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité