Publicité

QUESTION D'ACTU

Campagne de mobilisation de l'INCa

Cancer du col de l’utérus : 3 000 femmes touchées chaque année

 L’INCa lance le 15 juin une campagne rappelant l'importance d'un frottis régulier et de la vaccination préventive du cancer du col de l'utérus.

Cancer du col de l’utérus : 3 000 femmes touchées chaque année ESSEX/ISOIMAGES/SIPA

  • Publié 11.06.2013 à 14h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec 1000 décès par an, et 3 000 Françaises touchées chaque année, le cancer du col de l'utérus constitue toujours une menace pour les femmes. Pourtant, face à ce cancer, il existe aujourd’hui des moyens d’agir efficaces et complémentaires. Ainsi, pour sensibiliser les jeunes filles et les femmes à l’importance de la prévention et du dépistage, l’Institut National du Cancer (INCa) va lancer le 15 juin une campagne grand public à l'aide de spots radio et de documents d'information sur le frottis et la vaccination préventive. Un mois de campagne intensive pour sauver des vies.


Le dépistage régulier par frottis

Le dépistage du cancer du col de l'utérus est recommandé chez les femmes de 25 à 65 ans tous les 3 ans (après 2 premiers frottis normaux effectués à 1 an d'intervalle). Cet examen simple permet de diagnostiquer des anomalies précancéreuses afin de les traiter avant une éventuelle transformation en cancer. Grâce au frottis de dépistage, depuis 30 ans, deux fois moins de femmes sont touchées par le cancer du col de l’utérus. Ce dépistage s'effectue sur proposition du médecin traitant, du gynécologue ou de la sage-femme.
Au cours d'un examen gynécologique, après la mise en place d'un spéculum, le médecin traitant, le gynécologue ou la sage-femme prélève des cellules sur le col de l'utérus, au fond du vagin, à l'aide d'une petite brosse ou d'une spatule. Ce geste est simple, rapide et non douloureux. Il est également possible de faire des frottis dans les centres d'examens de santé de l'Assurance maladie, à l'hôpital dans le cadre d'une consultation de gynécologie, dans les centres de santé et centres mutualistes, dans de nombreux centres de planification familiale et certains laboratoires d'anatomopathologie ou de biologie médicale, sur prescription d'un médecin.

 

La vaccination préventive contre le cancer du col de l'utérus

Les papillomavirus humains (HPV) sont la principale cause du cancer du col de l'utérus. La vaccination préventive cible les types de papillomavirus les plus répandus, à l’origine de 70 % des cancers du col de l’utérus. Si elle n'élimine pas totalement le risque de cancer du col de l'utérus, elle le réduit fortement.
Cette vaccination est d’autant plus efficace que les jeunes filles n’ont pas encore été exposées au risque d’infection par le HPV. Depuis avril 2013, la vaccination est recommandée pour toutes les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans et en rattrapage chez les jeunes filles de 15 à 19 ans (révolus) non encore vaccinées.  Trois injections sont nécessaires pour que la vaccination soit efficace. La vaccination ne protégeant pas à 100% contre le cancer du col de l'utérus, elle ne remplace pas le dépistage régulier par frottis à partir de 25 ans.

 

Pourtant, pour l'INCa le bilan n'est pas bon puisque plus d'une femme sur 3 ne fait pas de frottis réguliers et moins du tiers des adolescentes françaises est correctement vacciné contre le papillomavirus humains (HPV). « Des freins liés à l'âge ou à des facteurs socio-économiques et géographiques (faible densité en gynécologues) ont été identifiés », précise l'Institut. 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité