Publicité

MIEUX VIVRE

Espérance de vie

Pourquoi les femmes vivent plus longtemps

L’espérance de vie des femmes françaises est supérieure de plus de 6 ans à celle des hommes. En cause ? Avantage biologique et transformations sociétales. Mais l'écart tend à se réduire.   

Pourquoi les femmes vivent plus longtemps SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 08.03.2013 à 14h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Selon les derniers chiffres de l’Insee, une petite fille née en 2013 peut espérer vivre jusqu’en 2097 soit exactement 84,8 ans. Pour les petits garçons en revanche, le pronostic n’est que de 78,4 ans, soit près de 6 ans et demi de différence.

Ce déséquilibre entre les sexes en matière d’espérance de vie est presque originel. On observe dans presque toutes les espèces un léger différentiel en faveur du sexe qui assure la protection des petits. Qu’il s’agisse du mâle ou de la femelle, le « parent » a tendance à adopter des comportements de prudence et d’évitement du danger contrairement au « chasseur » qui prend des risques pour ramener de quoi nourrir les siens.
Mais cette différence de survie est faible et ne suffit pas à expliquer le fossé actuel de 6 ans et demi. Pour notre espèce, l’aptitude des femmes à la longévité ne s’est véritablement révélée qu’à partir du milieu du 18e siècle. Alimentation, médecine, organisation sociale et politique, éducation, urbanisme, tout ce que l’Homme a mis en œuvre jusqu’à aujourd’hui pour améliorer sa qualité de vie au quotidien a eu deux conséquences démographiques : le doublement de l’espérance de vie des 2 sexes et la mise en évidence de cet avantage féminin.
« L’émancipation des sociétés a creusé l’écart en faveur des femmes, explique le démographe et épidémiologiste Jean-Marie Robine. Elles ont démontré une meilleure aptitude à la longévité et une plus grande robustesse biologique que les hommes. Chose qui était jusque là passé inaperçue car le contexte était globalement défavorable à la survie ». Dans les années 50, le démographe américain Francis Madigan a confirmé cette hypothèse biologique en étudiant l'espérance de vie de 2 communautés religieuses isolées, appliquant le même mode de vie monastique aux hommes et aux femmes et les coupant de toute influence du reste de la société. Les différences des taux de mortalité par sexe suivaient les mêmes courbes que celles de la population américaine, les femmes survivaient aux hommes.

L’un des arguments avancés pour expliquer la robustesse biologique féminine repose sur la sélection naturelle. Au fil des générations, seules les plus vigoureuses qui n’étaient pas mortes en couches ou d’infections ont pu transmettre leur patrimoine génétique, sur-armant ainsi leurs descendantes contre l’adversité.

Ecoutez Jean-Marie Robine, directeur du laboratoire démographie et santé de l’INSERM : « Nous sommes tous les descendants des femmes les plus fortes, celles qui ont survécues. »



La parité réduit l'écart d'espérance de vie
Depuis 1994, l’écart d’espérance de vie entre hommes et femmes s’est pourtant réduit, passant en France de 8,2 à 6,4 ans. Une tendance qui s’observe aussi dans les autres pays développés. L’évolution récente de nos sociétés tend à réduire les différences de mode de vie entre hommes et femmes. Qu’il s’agisse d’accès aux soins, du tabagisme, 1er pourvoyeur de décès par cancer et maladies cardiovasculaires ou de l’exposition professionnelle au stress ou à d’autres risques, la parité est en passe de s’installer. Ce qui laisse penser que l’écart de longévité observé jusqu’ici pourrait s’estomper. Mais pour Jean-Marie Robine, il est peu probable que cette inégalité disparaisse totalement. Il en veut pour preuve l’espérance de vie en bonne santé presque équivalente pour les deux sexes. Selon les chiffres publiés en début de semaine par Eurostat, l’Office de statistique de l’UE, elle est de 63,6 ans pour les femmes et 62,7 ans pour les hommes. Autrement dit, le différentiel de mortalité se creuse après, chez les seniors. Une preuve supplémentaire de la plus grande robustesse féminine, cette fois-ci aux maladies chroniques et aux incapacités du grand âge.

Ecoutez Jean-Marie Robine : « Quand surviennent les problèmes de santé sérieux, les femmes vont survivre avec alors que les hommes vont vite mourir. »


Pour plusieurs années encore, le sexe faible n’est donc finalement pas celui que l’on croit.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité