Publicité

MIEUX VIVRE

Espérance de vie

Fumeuses : Le sevrage tabagique avant 40 ans fait gagner dix ans

Le nombre de femmes victimes du cancer du poumon augmente chaque année de 6%. Or une étude vient de démontrer que l'arrêt du tabac avant 40 ans offre 10 ans d’espérance de vie aux fumeuses comme aux fumeurs.

Fumeuses : Le sevrage tabagique avant 40 ans fait gagner dix ans SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 30.10.2012 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« Le nombre de décès féminins par cancer du poumon augmente de près de 6% par an depuis le début des années 2000. Ce cancer est en train de devenir plus meurtrier que celui du sein et pourtant, on se mobilise peu pour sa prévention. Comme si on estimait que finalement, ces femmes l’ont bien cherché puisqu’elles ont fumé ! », lâche le Pr Xavier Quantin, pneumo-oncologue au CHU de Montpellier.

Inciter ces fumeuses au sevrage tabagique serait pourtant une méthode prévention des plus efficaces, selon la revue médicale The Lancet. Une étude britannique, menée sur plus d’1,2 million de femmes, vient de démontrer qu’en arrêtant de fumer avant la quarantaine, ces ex-fumeuses récupèrent 10 ans d’espérance de vie. Mais attention, cela ne signifie pas que les cigarettes fumées avant 40 soient sans risque, le taux de mortalité de ces femmes reste supérieur de 20% à celui des femmes qui n'ont jamais fumé. « Le message à retenir de cette étude, c’est que le plus tôt est le mieux pour l’arrêt du tabac mais qu’il n’est jamais trop tard », résume la tabacologue Marion Adler.
Les principaux organes bénéficiaires de l’arrêt du tabac sont le cœur et les poumons, responsables de la majorité des décès liés au tabagisme. Si les dégâts causés aux poumons sont rarement réversibles, le cœur et les vaisseaux sanguins en revanche peuvent récupérer rapidement.


Ecoutez le Pr Claire Mounier-Vehier
, cardiologue au CHRU de Lille et vice-présidente de la Fédération française de cardiologie : « Il suffit d’un an après la dernière cigarette pour observer des bénéfices nets pour le cœur. »



Au quotidien, les bénéfices de l’arrêt du tabac sont encore plus rapides, notamment sur le plan de la qualité respiratoire. « En 24h, vous récupérez une oxygénation comparable à un non fumeur et en une semaine, vous êtes débarrassé de la toux caractéristique du fumeur », souligne le Dr Marion Adler.

Si les risques liés au tabac et les bénéfices apportés par son arrêt sont désormais bien connus, le sevrage tabagique se heurte pourtant chez la femme à des obstacles spécifiques. A commencer par une réticence plus grande que les hommes à se faire aider de substituts nicotiniques ou d’un traitement médicamenteux pour se passer de cigarettes.

Prendre du poids n’est pas inéluctable. Autre frein à l’arrêt du tabac très répandu parmi les fumeuses : la peur de la prise de poids, qui est de 3 à 4 kg en moyenne. « Mais c’est une moyenne, ce n’est donc pas inéluctable », assure Marion Adler qui énonce 3 règles d’or pour arrêter la cigarette sans faire grimper l’aiguille de la balance : manger équilibré, faire encore plus de sport que d’habitude en privilégiant les activités physiques qui font plaisir et ne pas être en manque pour éviter les fringales. Les substituts nicotiniques peuvent donc être des béquilles particulièrement utiles au début du sevrage, lorsque les symptômes du manque de nicotine sont les plus marqués.

Ecoutez le Dr Marion Adler, tabacologue à l'hôpital Antoine Béclère de Clamart : « Fumer même en portant un patch n’est pas plus dangereux, mais c’est le signe que le patch n’est pas à la bonne dose »



Prévenir le risque dépressif s’impose. Les femmes, qu’elles soient fumeuses ou non, sont plus touchées que les hommes par les troubles dépressifs et anxieux. Cette vulnérabilité féminine à la dépression peut être un facteur d’échec du sevrage tabagique car la nicotine contenue dans les cigarettes agit dans l’aire du cerveau associée au plaisir, comme s’il s’agissait d’un anti-dépresseur. Se faire aider d’un médecin pour son sevrage tabagique permet de repérer ce risque dépressif ou anxieux et d’être accompagné par une prise en charge psychologique, voire par une prescription transitoire d’antidépresseur.

Ecoutez le Pr Xavier Quantin, pneumo-oncologue responsable de la consultation de tabacologie du CHU de Montpellier : « En agissant tôt, on évite la double peine, échec du sevrage et rechute psychologique »

 

 

Transformer l’essai de la grossesse. On présente souvent la grossesse comme l’opportunité idéale pour le sevrage tabagique. L’immense majorité des fumeuses disent en effet qu’elles arrêteront de fumer lorsqu’elles seront enceintes. Elles bénéficient d’ailleurs d’un forfait de prise en charge par la sécurité sociale des traitements du sevrage tabagique (patchs et gommes sont utilisables pendant la grossesse). Ce forfait s'élève à 150 euros contre 50 euros pour les autres fumeurs.
Mais seules 70% des femmes enceintes parviennent à se passer de cigarettes et parmi celles qui y arrivent, une sur deux reprendra son tabagisme après l’accouchement ou l’allaitement. « Bien sûr que dans l’absolu, la grossesse est le bon moment pour arrêter. J’incite d’ailleurs le conjoint à arrêter par la même occasion. Mais il faut arriver à se convaincre qu’on arrête pour soi et pas seulement pour protéger son bébé », souligne Marion Adler. « La difficulté, c’est d’arriver à prolonger l’aide au sevrage une fois que le bébé est là. C’est souvent une période de blues du post-partum, avec une grande vulnérabilité à la rechute », confirme Xavier Quantin.

S’adapter à la précarité économique. « Lorsque vous achetez des cigarettes, ce sont de petites sommes à chaque fois. Alors que quand vous achetez des patchs, il faut débourser une cinquantaine d’euros d’un coup. Pour de nombreux patients, et plus souvent des patientes, c’est difficile voir impossible », raconte Xavier Quantin. Même si les patients en sevrage tabagique bénéficient d’un forfait de remboursement de 50 euros, l’avance de frais peut poser problème. Et d’autant plus lorsque le sevrage dure car le remboursement n’est possible qu’une fois par an et ne couvre en moyenne qu’un mois de traitement.

Ecoutez le Dr Marion Adler : « A quoi sert l’augmentation du tabac si elle n’aide pas un tout petit peu à la prise en charge de l’aide à l’arrêt ? »


Afsané Sabouhi


Liens d'inérêt :

Le Pr Xavier Quantin déclare avoir assuré des formations continues pour professionnels de santé sur le sevrage tabagique pour le compte du laboratoire Pfizer.

Le Dr Marion Adler avoir été impliquée comme investigateur principal expert dans plusieurs études scientifiques concernant les traitements d'aide à l'arrêt du tabac, ainsi que comme intervenante dans la formation de professionnels de santé à l'aide à l'arrêt du tabac financés par les laboratoires pharmaceutiques. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité