Publicité

MIEUX VIVRE

Rapport du Défenseur des droits

Discrimination à l'embauche : les femmes obèses plus touchées

Les femmes obèses sont huit fois plus touchées par les discriminations à l'embauche que celles qui ont un IMC normal. Les hommes, eux, sont trois fois plus touchés.

Discrimination à l'embauche : les femmes obèses plus touchées JAUBERT/SIPA

  • Publié 16.02.2016 à 00h18
  • |
  • |
  • |
  • |


La discrimination à l’embauche est toujours d’actualité. Un chômeur sur trois est touché par ce type d’embûche. C’est le résultat du 9e Baromètre du Défenseur des Droits et de l’Organisation internationale du travail (OIT), rendu public ce 15 janvier. Il révèle que les femmes sont les plus affectées par les discriminations physiques. Le Défenseur des Droits profite de ce constat bien sombre pour éditer des recommandations à destination des entreprises.

Le problème de la discrimination est vivace en France : 36 % des femmes et 31 % des demandeurs d’emploi se déclarent concernés par le phénomène. Leur apparence est le deuxième critère cité, qu’elle soit corporelle ou vestimentaire. La singularité « visible » semble être un problème aux yeux des recruteurs, expliquent les chômeurs interrogés.

Certaines discriminations acceptées

Les principaux écueils à l’embauche seraient un style non conforme aux codes de l’entreprise, l’obésité, un âge avancé (plus de 55 ans), une grossesse ou un handicap visible. A l’inverse, posséder un physique avantageux serait plutôt un avantage pour intégrer une entreprise.

En matière de discrimination, les femmes se disent deux fois plus touchées que les hommes. La présence d’un surpoids ou d’une obésité est clairement un facteur aggravant : être du sexe féminin et obèse multiplie par huit les déclarations. Dans le cas des hommes, elles sont triplées.

S’ils ne semblent pas tolérer la discrimination liée aux caractéristiques corporelles, les chômeurs interrogés semblent en revanche prêts à accepter une sélection sur l’apparence vestimentaire. 70 % d’entre eux considèrent qu’il est « acceptable » de ne pas embaucher quelqu’un en fonction de son odeur.

Source : Baromètre du Défenseur des droits et de l’OIT sur la perception des discriminations dans l’emploi

Objectivité et transparence

Quel que soit le motif, la discrimination s’appuyant sur un critère physique est tout aussi illégale sur celle se fondant sur l’âge, le patronyme ou l’orientation sexuelle – selon la loi du 16 novembre 2001. Le Défenseur des Droits le souligne et édicte quelques recommandations à destination des entreprises.

Parmi elles, la mise en place des trois principes applicables à l’embauche : objectivité, transparence et traçabilité des critères de sélection. L’institution propose aussi l’organisation de sessions de sensibilisation à la déconstruction des stéréotypes et des préjugés liés à l’apparence physique et de ne pas exiger de photographie en réponse à une candidature à une offre d’emploi. Autant de mesures  qui tardent à être mises en place.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité