Publicité

QUESTION D'ACTU

Dopage : la chute de Maria Sharapova


  • Publié 08.03.2016 à 09h45
  • |
  • |
  • |
  • |


L’heure de la retraite a-t-elle sonné pour la championne de tennis Maria Sharapova ? C’est ce que nombre de journalistes croyaient lorsque la joueuse de 28 ans a annoncé dimanche dernier une conférence de presse. Mais coup de tonnerre lundi soir, Maria Sharapova a en fait convoqué la presse pour faire amende honorable et confesser un contrôle positif lors du dernier Open d’Australie. Faute avouée à moitié pardonnée ? Pas sûr à en juger par la réaction quasi immédiate de son principal sponsor, qui comme le relate l’Express, a annoncé presque dans la foulée suspendre son partenariat « le temps de l’enquête », se disant « surpris et attristé » par la nouvelle.

La championne aux multiples titres et médaillée d’argent aux JO de Londres en 2012 n’a guère plus de soutien à attendre de ses partenaires de courts. Jennifer Capriati s’est d’ores et déjà exprimée, et elle n’attendra pas la fin de l’enquête pour juger : « Quel est l'intérêt pour quelqu'un de prendre un médicament pour le cœur qui aide à récupérer plus vite, à moins d'avoir un problème cardiaque ? Je n'ai jamais choisi de tricher, quoi qu'il me soit arrivé (...) Je n'avais pas une équipe de docteurs payés à prix d'or qui trouvent une façon de contourner le règlement en attendant que la science les rattrape », peut-on lire dans l’Equipe.

Cette question, Jennifer Capriati n’est pas la seule à se la poser, innocemment ou non. Peut-on briller au plus haut niveau d’un sport pendant des années tout en ayant besoin d’une prescription pour un médicament destiné à des pathologies sévères ? Car Maria Sharapova l’avoue elle-même, elle prenait depuis 2006 du meldonium, molécule encore inconnue il y a quelques heures, mais qui sera désormais irrémédiablement associée à la chute de la championne sibérienne. Elle a fait valoir pour sa défense que le médicament lui avait été prescrit pour « traiter des problèmes de santé récurrents, un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans (sa) famille »…

Sharapova a aussi tenté de se justifier : le médicament, distribué uniquement en Europe de l’Est, n’est apparu sur les listes des produits interdits par l’Agence mondiale contre le dopage (AMA) qu’au 1er janvier de cette année. « J'ai reçu un mail de l'Agence mondiale antidopage fin décembre et je n'ai pas contrôlé la liste pour voir si ce médicament figurait maintenant sur la liste des produits prohibés », a ainsi déclaré la joueuse. Interdit en janvier, le meldonium était cependant dans le viseur de l’Agence depuis plus d’un an et était sous surveillance « en raison des données indiquant son utilisation par des athlètes afin d'améliorer leur performance », rappelle ainsi l’Equipe.

Pour se consoler, Maria Sharapova peut toujours se dire qu’elle n’est pas la seule à ne pas lire les mails de l’AMA. Le Figaro rapporte que depuis janvier, pas moins de 13 sportifs ont été contrôlés positifs au meldonium, dont la patineuse russe Ekaterina Bobrova, championne olympique par équipe en 2014, la Suédoise Abeba Aregawi, championne du monde 2013 du 1500 m, ou encore le marathonien éthiopien Endeshaw Negesse. A croire que les pathologies cardiaques sont finalement très fréquentes dans le sport de haut niveau…

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité