• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Les cellules infectées par le coronavirus auraient des tentacules

Des chercheurs ont observé que lorsque les cellules sont infectées par la Covid-19, de grands tentacules poussent à leur surface, sans doute pour accélérer la propagation du virus dans l'organisme.

Les cellules infectées par le coronavirus auraient des tentacules hadkhanong_Thailand/iStock

  • Publié le 14.07.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le coronavirus modifie le métabolisme cellulaire et entraîne des réactions en chaîne qui conduisent à la production de tentacules, permettant au virus de se propager et d'infecter rapidement les autres cellules
  • Cette découverte permet de viser des traitements spécifiques

Le coronavirus continue de révéler ses secrets au gré des recherches scientifiques. La dernière en date concerne le détournement du métabolisme cellulaire entraîné par le virus SARS-CoV-2. Dans une large étude réalisée par des chercheurs de l’université de Californie à San Francisco (Etats-Unis) — pas encore publiée mais qui paraîtra prochainement dans la revue Cell, comme l’annonce le Financial Times — des scientifiques ont étudié les changements de phosphorylation des protéines cellulaires lors d'une infection, c'est-à-dire la modification chimique des protéines. L’infection par la Covid-19 entraîne une modification de l’activité des kinases, les enzymes responsables de la phosphorylation. Cette modification est responsable de l’apparition de tentacules. 

Des tentacules qui favorisent la propagation du virus

L’infection à la Covid-19 conduit à une diminution des protéines cellulaires face aux protéines virales. Elle entraîne également une modification des sites de phosphorylation des protéines cellulaires. Dans le détail, les chercheurs ont identifié 27 protéines codées par le coronavirus capable d'interagir avec 332 protéines cellulaires. Parmi elles, 40 voient leur site de phosphorylation changer lors de l'infection. L’un de ces changements les plus marquants concerne la kinase CK2, qui intervient dans de nombreuses voies de régulation et phosphoryle. Quand une cellule est infectée par le virus, l’activité de cette kinase grimpe et entraîne l’apparition d’excroissances qui s’apparentent à des tentacules à la surface des cellules.

Ces tentacules permettraient à l’infection de se déplacer facilement dans le corps pour se propager rapidement. Des images réalisées en microscopie électronique ont montré que ces tentacules sont recouverts de virions. “Il y a de longues chaînes qui creusent des trous dans d’autres cellules et le virus passe à travers le tube de cellule en cellule, décrit le professeur Nevan Krogan, directeur de l’institut à l’UCSF qui a dirigé le projet. Notre hypothèse est que cela accélère l’infection.”

Une découverte qui pourrait entraîner de nouvelles options thérapeutiques

Cette découverte permet de mettre en évidence des médicaments pouvant être déployés contre la maladie. C’est notamment le cas d’anticancéreux, couplés avec des antiviraux. Des premières expériences ont été réalisées sur des cellules rénales de singe vert d'Afrique, dont il a déjà été démontré qu'elles étaient facilement infectées par le virus. Les médicaments potentiels ont ensuite été testés dans des cellules pulmonaires humaines. L’un d’eux, le Silmitasertib, est développé par un laboratoire taïwanais pour sa capacité à inhiber directement l'enzyme CK2. Des essais pourraient être menés aux États-Unis et utilisés en association avec la remdésivir, qui permet de réduire la durée moyenne d’hospitalisation d’un patient de 4 jours.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité