• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Un enfant de 9 ans décède de la maladie de Kawasaki après une infection au coronavirus

À Marseille, un enfant de 9 ans est décédé de la maladie de Kawasaki quelques semaines après avoir contracté le coronavirus.

Un enfant de 9 ans décède de la maladie de Kawasaki après une infection au coronavirus Dzmitry Dzemidovich/iStock

  • Publié le 15.05.2020 à 17h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Un enfant âgé de 9 ans est décédé alors qu’il était atteint des symptômes d’une forme proche de la maladie de Kawasaki, une maladie inflammatoire de type vascularite, décrite chez de jeunes patients ayant été en contact avec le coronavirus. Il s’agit du premier décès de ce type en France. Plus précisément, cet enfant est décédé d’une “atteinte neurologique liée à un arrêt cardiaque” alors qu’il avait “une sérologie montrant qu’il avait été en contact” avec le coronavirus sans en présenter les symptômes, a précisé à l’AFP le professeur Fabrice Michel, chef du service de réanimation pédiatrique de La Timone à Marseille.

Une issue mortelle “rarissime”

L’enfant, qui résidait à Marseille, a d’abord fait “un malaise grave avec un arrêt cardiaque” chez lui. Il a ensuite été transporté d’urgence à l’hôpital, dans le service spécialisé du professeur Fabrice Michel. S’en sont suivi “des soins pendant sept jours” avant qu’il ne décède. L’examen de ses anticorps a révélé qu’il avait contracté le coronavirus. Fabrice Michel a précisé que cette issue mortelle est “rarissime”. Selon lui, le patient a développé “ce qu'on pense être une myocardite”. “Il conviendra d'exploiter son dossier médical, afin de comprendre s'il n'avait pas de pathologie préexistante”, souligne le professeur Richard Nicolas, chef de service en ORL pédiatrique dans le même établissement.

Si le lien entre la maladie de Kawasaki et le coronavirus n’est pas avéré, “il semble cependant difficile à nier”, selon Fabrice Michel. Ces dernières semaines, cinq jeunes patients souffrant de cette maladie rare ont été admis dans les hôpitaux de Marseille et une centaine au total dans tout le pays. Les symptômes se caractérisent par une importante fièvre qui persiste, une forte fatigue, ainsi que des maux de ventre. Un fait inédit alors qu’habituellement ce sont environ trois cas par an qui sont recensés. Une première alerte, venue du Royaume-Uni puis une deuxième de New York, a rapporté ces nouveaux cas.

Une potentielle piste ethnique

Plusieurs études sont en cours afin de déterminer les causes exactes de l’apparition de la maladie de Kawasaki et lien potentiel avec le coronavirus. “Ce qui est certain, c’est que c’est la réponse immunitaire de l’hôte qui est en cause”, précise le pédiatre-infectiologue Robert Cohen à Pourquoi docteur. La maladie de Kawasaki est une maladie post-virale qui intervient donc en réponse à une infection. Ce dernier ajoute que l’apparition de la malade de Kawasaki chez la centaine d’enfants, dont l’âge moyen est de 8 ans, concernée en France est intervenue entre 15 jours et 1 mois après leur infection au coronavirus. “Ce n’est pas le coronavirus directement qui entraîne la maladie mais la réponse inflammatoire”, insiste-t-il.

Autre observation, l’immense majorité des cas est d’origine caribéo-africaine. “Pour l’instant, nous n’avons pas d’explication”, reconnaît Robert Cohen. En Angleterre, parmi les huit cas recensés d’enfants qui ont développé la maladie de Kawasaki après une infection au coronavirus, six sont d’origine caribéo-africaine. “Des études sont en cours afin de comprendre pourquoi certains enfants ont cette réaction. Il peut y avoir des facteurs ethniques, génétiques ou encore de mode de vie” notamment le mode de vie confiné, avance le professeur. Le professeur Alexandre Belot, rhumato-pédiatre à l’hôpital Femme-mère-enfant de Lyon, a avoué au Monde qu’“une demande a été adressée à la Commission nationale de l’informatique et des libertés pour pouvoir recueillir l’origine ethnique, ce qui est sensible en France”.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité