Publicité

QUESTION D'ACTU

Un effet de mode ?

Etats-Unis : le nombre d’ados qui vapotent a triplé en cinq ans

Aux Etats-Unis, les jeunes qui vapotent à 14 ans (ou moins) a triplé ces dernières années. Plus d’un quart d’entre eux disent avoir commencé à l’âge de 12 ans.

Etats-Unis : le nombre d’ados qui vapotent a triplé en cinq ans AleksandrYu/iStock

  • Publié 29.12.2019 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Être sur les bancs du collège, et vapoter. Aux Etats-Unis, cette image est de plus en plus courante. En cinq ans, le nombre d’adolescents âgés de 14 ans ou moins a triplé, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université du Michigan. Cette année, 28% des “vapoteurs” déclarent avoir commencé au plus tard à 14 ans. En 2014, ils étaient 9%. Plus d’un quart des utilisateurs déclarent avoir commencé à vapoter à 12 ans, selon les résultats de l’étude publiée dans la revue American Journal of Public Health.

Le risque de passer à la cigarette traditionnelle

“C’est alarmant car la recherche montre que l’utilisation précoce de la cigarette électronique est liée à un risque ultérieur de fumer, une dépendance à la cigarette, des difficultés à arrêter de fumer”, expliquent les auteurs de l’étude. En effet, aux Etats-Unis, certains jeunes utilisent la cigarette électronique non pas pour arrêter de fumer, mais pour commencer. “En même temps, l’utilisation des cigarettes électroniques a grimpé en flèche au cours des cinq dernières années. Il est également important de noter que les enfants commencent aussi tôt la cigarette. Plus de la moitié des enfants qui ont déclaré avoir déjà utilisé des cigarettes avant l’âge de 16 ou 17 ans déclarent avoir commencé à 14 ans.”

Un écart entre les Etats-Unis et la France

Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l’usage de la cigarette électronique chez les adolescents américains (entre 11 et 18 ans) est passé de 1,5% à 20,8% entre 2011 et 2018. En France, les chiffres sont bien plus faibles: 1,6% des jeunes de 17 ans vapotent quotidiennement, selon un sondage de l’Office français des drogues et des toxicomanies (OFDT), et 30% d’entre eux disent avoir essayé la cigarette électronique. Cependant, 25% d’entre eux disent fumer chaque jour. Selon les auteurs de l’étude, cette augmentation, aux Etats-Unis, s’explique par une perception selon laquelle la e-cigarette n’est pas aussi nocive et addictive que la cigarette traditionnelle.

Les gouvernements doivent agir

Pourtant, même si l’on ne connait pas précisément les effets de la cigarette électronique sur la santé, plusieurs études ont été publiées ces dernières années. Ainsi, le vapotage entrainerait des problèmes de santé pulmonaire, mais également cardiovasculaire. L’Organisation mondiale de la santé, elle, la juge “incontestablement nocive” et ne recommande pas aux fumeurs de passer à la cigarette électronique dans le but de se sevrer du tabac.

Les chercheurs de l’université du Michigan, auteurs de la présente étude, recommandent quant à eux de mettre des politiques de santé publique avec, pour but, d’éviter que les jeunes soient exposés à la cigarette électronique. En septembre, l’Etat du Massachusetts a été le premier à interdire, temporairement, la vente de toute cigarette électronique. Le Michigan et New York avaient uniquement suspendu la vente de produits aromatisés.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité