Publicité

QUESTION D'ACTU

Impact

Le stress pendant la grossesse favoriserait les naissances de filles

Les femmes stressées pendant la grossesse sont moins susceptibles de donner naissance à des garçons, selon une nouvelle étude. D'après les chercheurs, le soutien social serait un facteur clé dans la gestion de l'anxiété chez une femme enceinte. 

Le stress pendant la grossesse favoriserait les naissances de filles RyanKing999/iStock

  • Publié 16.10.2019 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Chacun le sait, le stress est mauvais pour la santé, il l'est d’autant plus dangereux chez une femme enceinte. En effet, son anxiété peut affecter le développement du fœtus, l’accouchement et la santé du bébé même après sa naissance. Le stress pendant la grossesse a notamment été associé à un risque accru de naissance prématurée, phénomène lié à des taux plus élevés de mortalité infantile et de troubles physiques et mentaux, comme le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité et anxiété chez l’enfant. Dans une nouvelle étude parue le 14 octobre dans la revue PNAS, Proceedings of the National Academy of Sciences,des chercheurs américains ont identifié les types de stress physique et psychologique ayant la plus grosse conséquence. D’après leurs recherches, il semblerait que les femmes moins stressées aient plus tendance à donner naissance à des garçons.

"L'utérus est un premier foyer influent, aussi important que celui dans lequel un enfant est élevé, si ce n'est plus", explique Catherine Monk, professeure de psychologie médicale qui a mené l’étude. En soumettant 187 femmes enceintes, âgées de 18 à 45 ans, en bonne santé, à des questionnaires et des évaluations physiques quotidiennes, ses collègues et elle ont examiné 27 indicateurs de stress psychosocial et physique.

Ils ont ainsi pu constater que 17% des femmes étaient stressées psychologiquement et présentaient des niveaux élevés cliniquement significatifs de dépression, d’anxiété et de stress ressenti. Par ailleurs, 16% étaient physiquement stressées : leur tension artérielle quotidienne était relativement plus élevée et leur apport calorique plus important que celui des femmes enceintes qui se portaient bien (près de 67%). A partir de ces résultats, les chercheurs ont pu observer que les femmes enceintes souffrant de stress physique et psychologiques étaient moins susceptibles d’avoir un garçon.

Un soutien social qui fait la différence  

"D'autres chercheurs ont constaté cette tendance après les bouleversements sociaux, comme les attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York, après quoi le nombre relatif de naissances d'hommes a diminué", analyse Catherine Monk.

Autre observation intéressante : les mères physiquement stressées avaient plus de risques d’accoucher prématurément. Chez elles, le fœtus présentait un rapport cœur/mouvement de fréquence cardiaque réduit, un indicateur du développement plus lent du système nerveux central, comparativement aux mères non stressées. Enfin, les mères psychologiquement stressées présentaient plus de complications à la naissance que celles qui étaient physiquement stressées.

Les chercheurs ont pu remarquer que ce qui différenciait le plus les trois groupes de femmes était le niveau de soutien social qu’elles recevaient de leurs amis et famille. Ainsi, plus une femme est entourée, plus elle est a de chances d’accoucher d’un garçon. Quand le soutien social est plus important, les effets du stress sur les naissances prématurées disparaissent, note l’étude.

Le stress peut affecter le système immunitaire de la mère  

"Le dépistage de la dépression et de l'anxiété fait progressivement partie de la pratique prénatale", explique Monk. "Mais bien que notre étude ait été petite, les résultats suggèrent que l'amélioration du soutien social est potentiellement une cible efficace pour une intervention clinique".

L’étude ne s’est en revanche pas penchée sur les mécanismes en marche pour que l’état mental d’une mère puisse affecter le fœtus. "Nous savons, d'après des études sur des animaux, que l'exposition à des niveaux élevés de stress peut augmenter les niveaux d'hormones du stress comme le cortisol dans l'utérus, ce qui peut à son tour affecter le fœtus", note Monk. "Le stress peut également affecter le système immunitaire de la mère, entraînant des changements qui altèrent le développement neurologique et comportemental du fœtus. Ce qui ressort clairement de notre étude, c'est que la santé mentale maternelle est importante, non seulement pour la mère, mais aussi pour son futur enfant", conclut-elle.

Un impact sur la croissance du bébé

Il y a deux ans, il avait notamment été prouvé que le stress des femmes enceintes avait une influence sur la croissance de leur enfant. Dans l’étude, chez les femmes stressées à la fin de la période de gestation, la croissance du fœtus était plus lente dans l’utérus et pendant la petite enfance. Une fois l’indépendance nutritionnelle atteinte, en revanche, le bébé ne dépend plus de la mère de la même façon et sa croissance semble reprendre un rythme normal.  

Chez les femmes stressées au début de leur grossesse, par contre, le fœtus va réagir différemment pour pallier une espérance de vie réduite : le bébé grandit plus vite dans l’utérus ainsi que pendant la petite enfance.  

D’après l’Assurance maladie, les troubles anxieux touchent deux fois plus les femmes que les hommes. Au total, entre 15 et 20% de la population serait concernée au moins une fois dans sa vie. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité