Publicité

QUESTION D'ACTU

Alzheimer

En cas de déficience cognitive légère, la méditation de pleine conscience peut ralentir les effets

Aujourd’hui, il n’existe aucun moyen connu pour empêcher les personnes âgées atteintes d’une légère déficience cognitive de développer la maladie d’Alzheimer. Selon une nouvelle étude, la méditation de pleine conscience peut ralentir ce processus.

En cas de déficience cognitive légère, la méditation de pleine conscience peut ralentir les effets Ridofranz / istock

  • Publié 16.08.2019 à 11h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Anxiété et rythme cardiaque, douleurs chroniques, acouphènes,… Ces dernières années, une poignée d’études ont démontré les bienfaits de la méditation de pleine conscience sur plusieurs problèmes de santé. Cette pratique consiste à se focaliser uniquement sur l’instant présent: notre respiration, nos pensées, les sensations, les bruits et les odeurs, etc. Et cela, sans jugement.

Selon une étude pilote, publiée dans le Journal de la maladie d’Alzheimer, la méditation de pleine conscience peut aider les personnes atteintes de déficience cognitive légère à ralentir le développement de la maladie d’Alzheimer. Actuellement, il n’existe pas de moyen connu d’empêcher cette maladie neurodégénérative de progresser.

"Notre étude a montré des preuves prometteuses que les adultes avec une déficience cognitive légère peuvent apprendre à pratiquer la méditation de pleine conscience, et ainsi augmenter leur réserve cognitive", se félicite Rebecca Erwin Wells, professeure agrégée de neurologie à la Wake Forest School of Medicine (Caroline du Nord, Etats-Unis).

Faire des progrès sans prendre de médicaments

Précédemment, des études ont démontré qu’un niveau trop élevé de stress peut avoir des mauvaises conséquences sur l’hippocampe, une partie du cerveau utile à la mémoire et à l’apprentissage. Ce stress chronique est également associé à une incidence accrue de déficience cognitive légère et de maladie d’Alzheimer. En parallèle, d’autres recherches ont montré que des méthodes non médicamenteuses pouvaient avoir des effets positifs sur les fonctions cognitives, comme l’exercice physique.

Pour la présente étude, 14 personnes âgées de 55 à 90 ans et présentant une déficience cognitive légère ont été séparées en deux groupes: dans le premier, les participants ont suivi des sessions de méditation de pleine conscience et de yoga pendant huit semaines, dans l’autres les participants étaient considérés comme "sur liste d’attente".

La déficience cognitive n’empêche pas d’apprendre la méditation de pleine conscience

D’après les chercheurs, les neuf personnes ayant terminé le programme d’initiation à la méditation de pleine conscience ont montré une amélioration de leurs fonctions cognitives et de leur bien-être, et de meilleurs effets sur l’hippocampe.

De plus, chaque participant a répondu à un questionnaire à la fin du programme de huit semaines. "Les commentaires et les évaluations des participants ont montré que la plupart d’entre eux ont pu apprendre les principes clés de la méditation de pleine conscience, démontrant ainsi que la déficience de mémoire ou la déficience cognitive légère n’exclut pas l’acquisition de telles compétences", détaille la Pr Wells. Ceux qui ont le mieux compris le concept de méditation de pleine conscience pratiquaient cette méthode au moins 20 minutes par jour.

À noter que cette étude comporte certaines limites: la taille réduite de l’échantillon, et le fait que tous les participants présentant des résultats positifs sur leur fonctions cognitives avaient fait des études supérieures. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité