Publicité

QUESTION D'ACTU

Priapisme non ischémique

Il reste en érection neuf jours après un accident de la route

Un jeune britannique de 35 ans est resté en érection neuf jours après être tombé de sa mobylette. 

Il reste en érection neuf jours après un accident de la route Diy13/istock

  • Publié 06.06.2019 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Un homme est resté neuf jours en érection après un léger accident de mobylette, selon la revue Case Reports in Urology. Ce jeune britannique de 35 ans s’est cogné le périnée en tombant de son deux-roues. Il a alors développé des ecchymoses, sans autres blessures importantes, mais est resté en érection après sa chute.

Le patient ne souffrait pas

Très gêné, il a attendu plusieurs jours avant de consulter un médecin. Le pénis était alors "complètement dur et totalement rigide", notent les soignants. Le patient ne souffrait pas, même s’il avait du mal à marcher. Après un examen plus approfondi, les praticiens ont établi qu’il souffrait d’un priapisme non ischémique, défini comme "une érection persistante plus de 4 heures en dépit de l’absence de stimulation sexuelle". Ils ont alors fait une échographie et une angiographie pour en déterminer la cause, et ont découvert des dommages à l'artère caverneuse, causant "une accumulation de sang".

Afin d'éviter tout dysfonctionnement érectile potentiel par la suite, les médecins ont choisi de restreindre artificiellement la circulation sanguine dans le pénis à l'aide d'un cathéter. "Le suivi à long terme a montré un retour à la fonction érectile normale", notent les médecins.

Il ne s’agit pas d’une urgence médicale

Habituellement peu, voire non douloureux, le priapisme non ischémique résulte généralement d’un traumatisme et est caractérisé par un haut débit sanguin. Il ne s’agit pas d’une urgence médicale et il ne nécessite pas toujours de traitement particulier, puisque sa résolution spontanée est observée dans 60 à 70% des cas. En revanche, le priapisme ischémique, qui représente 95% des cas, doit être pris en charge rapidement afin d’éviter les troubles érectiles postérieurs. Il est caractérisé par un faible débit sanguin, et se manifeste par une érection douloureuse et une rigidité importante.

Les données épidémiologiques sur le priapisme sont rares. Une étude réalisée entre 2007 et 2008 dans les services d’urgence des États-Unis rapporte 4175 cas de priapismes et conclut à une incidence de 6,5 cas pour 100 000 habitants et par an.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité