Publicité

QUESTION D'ACTU

Stratégie thérapeutique

Cancer de la prostate : au stade localement avancé, la durée de l’hormonothérapie est désormais connue

Dans le cancer de la prostate localement avancé, où le risque de rechute n’est pas négligeable malgré une radiothérapie à visée curative, la durée de l’hormonothérapie adjuvante doit être de 18 mois

Cancer de la prostate : au stade localement avancé, la durée de l’hormonothérapie est désormais connue noipornpan/istock

  • Publié 21.12.2018 à 18h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans le cancer localement avancé de la prostate, en plus d’une radiothérapie à visée curative, une suppression androgénique de 18 mois est un traitement plus efficace sur la survie liée au cancer, qu’une suppression androgénique de seulement six mois.

L’ajout d’un bisphosphonate à ce schéma thérapeutique n’apporte pas de bénéfice en termes de mortalité liée au cancer. L’article, paru dans The Lancet Oncology, présente les résultats à 10 ans de cette étude RADAR.

Des questions stratégiques

Chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate localement avancé, en plus d’une radiothérapie à visée curative, la durée optimale de la suppression des androgènes restait à définir, en particulier si on regarde la mortalité directement liée au cancer et pas seulement la réponse ou la mortalité globale (nombreuses maladies associées).

L'administration concomitante d’un bisphosphonate, comme l’acide zolédronique, si elle est efficace pour prévenir la perte osseuse induite par la suppression des androgènes, son rôle dans la prévention des métastases osseuses hormono-sensibles n'est pas clair.

L’étude RADAR a évalué si 18 mois de suppression androgénique et une radiothérapie prostatique pouvaient réduire le nombre de décès liés aux cancers chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate localement avancé en comparaison d’une suppression androgénique de 6 mois. Ils ont évalué en même temps l’intérêt d’un traitement par 18 mois d’un bisphosphonate, lacide zolédronique

Une étude de stratégie

RADAR est un essai en mode factoriel (2 × 2) de phase 3, randomisé, ce qui permet de tester plusieurs options de stratégie thérapeutique. Les hommes recrutés dans cette étude avaient un cancer de la prostate localement avancé (tumeurs T2b-4, N0 M0 ou T2a, N0 M0 à condition que le score de Gleason soit ≥ 7 et que la concentration d’antigène spécifique [PSA] soit ≥ 10 µg / L).

Les malades du groupe témoin ont reçu 6 mois de suppression androgénique néoadjuvante avec leuproréline (22,5 mg tous les 3 mois, par voie intramusculaire) en plus d’une radiothérapie (= groupe suppression androgénique à court terme [STAS]) ; ce traitement a été suivi de 12 mois supplémentaires de suppression androgénique adjuvante seule (= groupe suppression intermédiaire d'androgènes [ITAS]). Parallèlement, l'intérêt de l'ajout d'un traitement de 18 mois d'acide zolédronique (4 mg intraveineux tous les 3 mois) à été testé dans les 2 groupes (= groupe STAS plus acide zolédronique et groupe ITAS plus acide zolédronique).

Tous les malades ont reçu une radiothérapie de la prostate et des vésicules séminales à visée curative (66, 70 et 74 Gy dans des fractions de 2 Gy par jour, ou 46 Gy dans des fractions de 2 Gy, suivies d'une dose de stimulation de la curiethérapie à débit de dose élevé de 19,5 Gy dans des fractions de 6,5 Gy).

Des résultats sur la mortalité liée au cancer

Entre le 20 octobre 2003 et le 15 août 2007, 1071 hommes ont été tirés au sort entre STAS (n = 268), ITAS (n = 268), STAS plus acide zolédronique (n = 268) et ITAS plus acide zolédronique (n = 267). Le suivi médian est de 10,4 ans.

Aucune influence n’ayant été observée sur la survie liée au cancer entre la suppression des androgènes et l’acide zolédronique, cela a permis de regrouper les options de traitement pour permettre une comparaison des traitements uniquement en fonction de la durée de la suppression des androgènes : suppression androgénique de 6 mois plus radiothérapie (6AS + RT) versus 18 mois de suppression androgénique plus radiothérapie (18AS + RT).

Les taux ajustés de décès en rapport avec un cancer de la prostate sont de 13,3% pour le 6AS + RT contre 9,7% pour le 18AS + RT, ce qui représente une différence absolue de 3,7% (IC à 95% de 0,3-3 à 7,1 ; p = 0,03) ; un résultat importante puisque équivalant à une réduction de 30% du risque relatif.

Un changement des pratiques

Bien que l'analyse de tolérance n'ait pas été spécifiée à l'avance pour cette analyse de 10 ans, une ostéonécrose de la mâchoire est survenue chez trois (<1%) des 530 patients ayant reçu de l'acide zolédronique. Aucun décès lié au traitement n'est survenu pendant l'étude.

Ces résultats, associés à ceux de la French Canadian Study, suggèrent qu'une suppression androgénique de 18 mois associée à une augmentation de la dose de rayonnement, permet de réduire effectivement la mortalité liée au cancer de chez les hommes souffrant d’un cancer de la prostate localement avancé avec un risque intermédiaire ou élevé. De plus, elle est mieux tolérée que des durées plus longues de suppression androgénique.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité