Publicité

QUESTION D'ACTU

Arrêt maladie

En France, les soignants sont en très mauvaise santé

35% de nos soignants ont eu un problème de santé au cours des deux derniers mois, contre seulement 21% de la population générale. 

En France, les soignants sont en très mauvaise santé Maridav / istock

  • Publié 10.12.2018 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le sondage *Odoxa-MNH pour Le Figaro santé, France Info et Le Quotidien du médecin est catégorique : nos soignants souffrent. Ils tombent non seulement plus malades que la moyenne des Français, mais, comble de l’ironie, se soignent aussi moins bien.

35% des professionnels interrogés ont eu un problème de santé au cours des deux derniers mois, contre seulement 21% des Français. La moitié des soignants disent aussi avoir d’importants problèmes de sommeil, à l’origine de nombreuses maladies. Notons que les aides-soignants et les infirmiers sont les plus mal en point : plus de 40% disent avoir été malades, contre respectivement 28 et 26% des médecins généralistes et des dentistes.

Deux fois moins d'arrêts de travail

Pourtant, les sondés n’ont pris en moyenne que 7,5 jours d’arrêt de travail au cours des douze derniers mois, soit deux fois moins que la moyenne nationale. Dans le détail, les aides-soignants affichent 24 jours d’arrêt, les infirmiers 14, et les kinés 4. Les hospitaliers sont dans la moyenne nationale, quand les libéraux disent ne s’être arrêtés que 3 jours et demi dans l’année précédente.

2 soignants sur 5 (18 %) n’ont par ailleurs pas de médecin référent, dont 6 médecins sur 10. Plus de la moitié ne se font pas vacciner contre la grippe. Autre enseignement paradoxal, 1 médecin sur 10 consomme de l’alcool "tous les jours ou presque". 12 % des soignants fument, un chiffre qui double chez les infirmiers (20 %) et aides-soignants (22 %) "pour rejoindre les niveaux observés dans la population générale", selon le sondage. Enfin, un tiers des professionnels de santé ne font jamais de sport.

"Mise en danger de la vie d'autrui"

175 médecins ont adressé fin juin une lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe pour dénoncer le manque de moyens qu’ils subissent au quotidien. "Nous vous alertons sur une mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger. Mise en danger de la population qui s'adresse à nous, et mise en danger des professionnels qui doivent remplir cette tâche sans en avoir les moyens", avaient alors souligné ces professionnels. En janvier dernier, c’est sur Twitter que les professionnels de santé se sont mobilisés avec le hashtag #balancetonhosto.

En moyenne, les médecins hospitaliers français passent 47 heures par semaine dans leur service, et sont plus de 90% à avoir le sentiment que leur charge de travail s’intensifie encore. Tous disent manquer de temps pour s’occuper de leurs patients, selon un récent sondage Odoxa, qui met aussi au jour un mal-être plus global au travail. 47% des personnels hospitaliers ont peur de faire des erreurs par manque de temps, et 44% sont être globalement insatisfaits de leur travail - un taux en hausse de 8 points par rapport au mois d’avril dernier.

*réalisé auprès de 6078 professionnels de santé (1307 hospitaliers et 1005 personnes représentatives de la population française de plus de 18 an).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité