Publicité

QUESTION D'ACTU

Thalamus paraventriculaire

Comment le cerveau décide-t-il de ce qu’il doit apprendre ?

Le tri des informations serait effectué une partie du cerveau appelée "thalamus paraventriculaire", ou PVT.

Comment le cerveau décide-t-il de ce qu’il doit apprendre ? ambassador806 /istock

  • Publié 30.10.2018 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Des chercheurs pensent avoir découvert comment le cerveau décide de ce qu’il doit apprendre. Chez les humains comme chez les animaux, le cerveau n’est pas une simple machine à enregistrer les informations extérieures qu’il reçoit. Il trie aussi les détails qui ont plus d’importance que les autres, afin de garantir au maximum la survie des espèces.

Thalamus paraventriculaire

Ce tri des informations serait effectué une partie du cerveau appelée "thalamus paraventriculaire", ou PVT. "Nous avons montré que les cellules thalamiques jouent un rôle très important dans le suivi des stimuli, ce que personne n'avait fait auparavant", explique Xiaoke Chen, directeur de l’étude.

Pour ce faire, son équipe a travaillé sur des souris. Les animaux ont appris à associer des odeurs à des résultats positifs et négatifs. Au début de l’expérience, une odeur signalait l'arrivée d'une gorgée d'eau, tandis qu'une autre indiquait à la souris qu’elle était sur le point de recevoir une bouffée d'air sur la tête. Par la suite, les chercheurs ont remplacé la bouffée d'air par un léger choc électrique.

Aider à traiter la toxicomanie

L'équipe a alors découvert que les neurones du PVT suivaient ce changement. Au cours de la première phase de la recherche, les deux tiers des neurones PVT ont réagi aux deux odeurs, tandis que 30% ont été activés uniquement par l'odeur de l’eau. En d'autres termes, le thalamus paraventriculaire a réagi à la fois aux bons et aux mauvais résultats, mais il y a eu plus de réactions aux sensations positives.

Des expériences supplémentaires ont permis d’établir qu’il était possible de controler l’activité du thalamus paraventriculaire avec des jeux de lumière.

Ces résultats pourraient permettre de développer de nouvelles façons d’apprendre, en stimulant ou en supprimant l'activité PVT. Ils pourraient également, à long terme, aider à traiter la toxicomanie, en déconstruisant le lien entre la consommation d'une drogue et le bien-être qui en découle.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité