Publicité

QUESTION D'ACTU

Révolutionnaire

Cerveau : les neurones responsables de l'agressivité enfin identifiés par des chercheurs

Des chercheurs suédois ont réussi à identifier les neurones responsables de l'agressivité dans notre cerveau. Forts de ces résultats, ils ont pu contrôler les attaques de souris de laboratoire les unes sur les autres. 

Cerveau : les neurones responsables de l'agressivité enfin identifiés par des chercheurs yuriyzhuravov/iStock

  • Publié 28.05.2018 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L’agressivité est un comportement présent dans l’espèce humaine depuis son arrivée sur Terre. Mais s’il est établi depuis longtemps par la science que cet instinct est régulé par notre cerveau, le mystère demeure sur les neurones impliqués dans son activation. On en sait toutefois aujourd’hui un peu plus grâce à une nouvelle étude suédoise parue le 25 mai dans le journal Nature Neuroscience. D’après les chercheurs de l’Institut Karolinska, l’agressivité serait mise en place par un groupe de cellules cérébrales rarement étudiées, présentes dans le noyau pré mamillaire ventral (PMv) de l'hypothalamus.  

En étudiant des souris, les chercheurs ont réalisé que celles qui réagissaient le plus agressivement quand un nouveau mâle arrivait dans leur cage avaient des cellules PMv plus actives que les autres. En simulant ces dernières grâce à l'optogénétique, une technique permettant de rendre des neurones sensibles à la lumière en combinant le génie génétique et l’optique, les scientifiques ont réussi à générer de l’agressivité dans des situations où les animaux n’attaquent pas normalement. Au contraire, en inhibant les cellules PMv, ils ont pu interrompre les attaques en cours. 

Chez les souris, les agressions ont surtout pour but de déterminer le membre le plus fort du groupe et d’établir ainsi une hiérarchie, expliquent les scientifiques dans leur étude. Aussi, en inhibant les cellules PMv d’un mâle dominant et en simulant celles d’un mâle soumis, il est possible d'inverser la hiérarchie à moyen terme.

"Des connaissances biologiques fondamentales sur les origines de l’agressivité"

"L'un des résultats les plus surprenants de notre étude a été que le changement de rôle que nous avons réalisé en manipulant l'activité PMv pendant une rencontre a duré jusqu'à deux semaines", note le chef de l'étude Christian Broberger. Car, "nous avons également constaté que l'activation brève des cellules PMv pourrait déclencher une explosion prolongée, ce qui pourrait expliquer quelque chose que nous reconnaissons tous – comment, après une querelle, le sentiment d'antagonisme peut persister longtemps", renchérit Stefanos Stagkourakis, co-auteur de l’étude. Autre découverte et pas des moindres : les cellules PMv pourraient aussi activer d'autres régions du cerveau comme des centres de récompense. 

Cette étude est capitale puisqu’elle "apporte des connaissances biologiques fondamentales sur les origines de l’agressivité", se félicitent les chercheurs. "Le comportement agressif et la violence provoquent des blessures et des traumatismes mentaux chez beaucoup de personnes", déclare le Docteur Broberger qui espère, à terme, pouvoir mettre en place des stratégies afin d'aider les gens à mieux gérer leur agressivité. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité