Publicité

QUESTION D'ACTU

Attentat

Terrorisme : combien d'années perdues pour les blessés ?

Comment vivent les survivants à un attentat terroriste ? Pour y répondre, un chercheur a calculé leurs "années en bonne santé perdues". 

Terrorisme : combien d'années perdues pour les blessés ? KatarzynaBialasiewicz / iStock

  • Publié 17.10.2018 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Face à l’horreur des attentats terroristes, les médias ont tendance à parler principalement du nombre de morts. Pourtant, ces actes odieux font en général quatre fois plus de blessés, qui survivent, mais mal, tout comme leur entourage. C’est cette réalité qu’a voulu quantifier le chercheur Daniel G. Arce, en mesurant le nombre "d'années en bonne santé perdues" chez les victimes survivantes.

"En étudiant le terrorisme du point de vue des blessés, nous arrivons à mieux saisir l'impact dévastateur des attaques sur les survivants", explique le scientifique dans une étude. "Ces informations peuvent nous aider à déterminer la façon la plus efficace de dépenser nos ressources, limitées, pour combattre le terrorisme", ajoute-t-il.

12 628 années en bonne santé perdues

Entre 1970 et 2016, 8 338 personnes ont perdu la vie suite à un attentat, et 10 785 ont été blessées en moyenne chaque année. On parle ici de l'attentat à la bombe d'Oklahoma City en 1995, du massacre en Norvège en 2011 et des agressions répétées de véhicules en Israël. Après examen des types d’attaques (bombe, fusillade, camion…) et de blessures, 12 628 années de vie en bonne santé auraient été perdues tous les ans à cause du terrorisme. Par exemple, les chercheurs ont estimé qu’une personne atteinte d'une perte auditive profonde vit 77% de sa santé optimale, tandis qu'une personne atteinte d'un trouble dépressif majeur en vit seulement 35%.

Neuf types d'attaques terroristes ont été prises en compte : les attentats à la bombe en espace clos, les attentats à la bombe en espace ouvert, les attentats suicides, les attentats à la bombe commis par véhicule, les effondrements structurels causés par des attentats, les incendies causés par des attentats, les tirs en masse, les attaques qui combinent fusillades et explosions ou encore les attentats perpétrés à l'intérieur d'un véhicule.

"Les données sur le profil des blessures rassemblées ici peuvent mieux préparer les salles d'urgence aux types de blessures susceptibles d'être admises immédiatement après un type donné d'attentat terroriste", précisent aussi les auteurs. Par exemple, les attentats-suicides à la bombe représentent 16,86% des décès des neuf types d'attentats analysés ici, et 22,53% des blessures. Les fusillades/explosions combinées représentent quant à elles 15,47% des décès et 9,5% des blessures, etc.

"Blessures de guerre"

Des blessures qui varient selon le mode opératoire, mais qui s’apparentent souvent à des "blessures de guerre", comme ce fut le cas pour les victimes des attentats de Paris. "On parle de chirurgie de guerre parce que la balle ou l'éclat d'obus va provoquer des lésions qu'on appelle pluritissulaires. Il y a bien sûr la peau, les muscles, les tendons, les nerfs, les artères et on est exactement dans cette situation", témoignait à l’époque l'un des chirurgiens de l'hôpital Lariboisière (Paris), sous couvert d'anonymat. "Un certain nombre de patients sont sortis ou vont sortir du bloc opératoire sans une réparation parfaite de toutes leurs structures parce qu'on ne peut pas ou alors parce que ce n'est pas le bon moment. La plupart des blessés avaient été traversés de balles, c'était horrible", racontait-il.

Lors des attentats de Nice, "la majorité des victimes présentait des arrachements de membres, des écrasements, des compressions et des mutilations", se rappelle Matthieu Durand, chirurgien urologue à l’hôpital Pasteur de Nice. Stress post-traumatique, dépression, anxiété… L’impact psychologique des attentats est aussi extrêmement étendu, au niveau des symptômes comme au niveau de leur durée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité