Publicité

QUESTION D'ACTU

Maux de tête

Migraine au travail : un mal réel qui n’est pas reconnu

15% de la population mondiale souffrent de migraines. En moyenne, les personnes atteintes de maux de tête sévères s’absentent plus d’un mois par an du travail. Pourtant, cette maladie n’est pas encore assez reconnue.

Migraine au travail :  un mal réel qui n’est pas reconnu eggeeggjiew

  • Publié 11.09.2018 à 10h19
  • |
  • |
  • |
  • |


Souffrir de migraines sévères peut affecter le bien-être personnel, la vie sociale, mais aussi la vie professionnelle. La migraine, ou céphalée comme l'appellent les médecins, touche "12 à 20% des personnes à l’âge adulte", selon le Dr Michel Lantéri-Minet, neurologue au CHU de Nice. Cette dernière se manifeste par crises, qui peuvent durer "de 4 à 72 heures". Des moments très handicapants, où certains malades peuvent à peine se lever et souffrent de vomissements.

Plus d’un mois d’absence au travail chaque année

Souvent, la crise de migraine est tellement forte que les malades ne peuvent se rendre au travail. Selon une étude menée en juillet 2017 sur 305 patients souffrant de huit crises ou plus par mois, les personnes atteintes de migraines sévères s’absentent du travail en moyenne plus d’un mois par an, soit 33 jours.

Pourtant, cette maladie n’est pas encore reconnue par les employeurs et le corps médical. Ainsi, il est "compliqué" d’obtenir des arrêts de travail selon la Pr Anne Ducros, neurologue au CHU de Montpellier et présidente de la Société française d’études de migraines et de céphalées. 17% des participants à cette étude ont dit souffrir de stigmatisation et ont considéré que leurs migraines étaient un frein à leur évolution professionnelle.

Les conditions de travail jouent un rôle

L’environnement dans lequel travaille une personne migraineuse a un rôle important dans la régularité et l’intensité des crises. Le Dr Lantéri-Minet cite trois facteurs déclenchants: le stress, les changements d’horaires et les facteurs sensoriels. Par exemple, les 3/8 (horaires du matin, de l’après-midi puis de nuit) ne conviennent pas aux malades car les changements de rythmes biologiques aggravent les crises. Pour l’environnement, les lumières agressives comme les néons par exemple sont des facteurs de crises. Tout comme certaines odeurs : la peinture fraîche par exemple.

La migraine, liée à la féminité

La migraine est un mal invisible, qui ne met pas la vie en danger. Culturellement, elle est donc considérée comme un "prétexte", explique Esther Lardreau, agrégée de philosophie qui a dédié une thèse et un livre à ce sujet ("La migraine, biographie d’une maladie"). Ainsi, cette maladie n’a pas de "reconnaissance sociale". De plus, elle concerne trois fois plus les femmes que les hommes. Selon une étude récente, le taux d’oestrogènes serait en cause dans cette prévalence. Généralement, on voit donc la migraine comme un mal imaginaire.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité