Publicité

QUESTION D'ACTU

Solidarité

Journée mondiale du don de sang : "les Français ne renouvellent pas assez leur démarche"

En ce jeudi 14 juin, la Journée mondiale des donneurs de sang sensibilise le grand public à l’importance du don de sang en France, qui permet de soigner plus d'un million de patients chaque année.

Journée mondiale du don de sang : \ YakobchukOlena / istock

  • Publié 14.06.2018 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Tous les ans, un million de patients sont soignés grâce à des produits sanguins. Pourtant, "les Français ne donnent pas encore assez leur sang", nous explique le docteur Jamal Benomar, directeur de la collecte de sang à l'établissement français du sang en Ile-de-France. Alors que 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour, seulement 4% des Français font la démarche.

Donner son sang entre 4 et 6 fois par an

"Le problème réside plutôt dans le fait que les donneurs de sang ne renouvellent pas assez leur démarche. Résultat : pour faire face à un attentat par exemple, les réserves en produits sanguins sont justes, beaucoup trop justes. Ceux qui vont donner leur sang après une catastrophe de ce genre arriveront trop tard", déplore Jamal Benomar. "La où il faut le plus insister, c’est pour que les gens comprennent qu’on peut donner son sang entre 4 et 6 fois par an, et pas seulement occasionnellement, comme c’est trop souvent le cas actuellement".

Initiée en 2004 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Journée mondiale des donneurs de sang sensibilise le grand public à l’importance du don de sang. Les produits sanguins sont utilisés dans deux grands cas de figure : les situations d’urgence (hémorragies lors d’un accouchement, d’un accident, d’une opération chirurgicale, etc.) et les besoins chroniques (maladies du sang et cancers), qui demeurent les pathologies les plus consommatrices de produits sanguins avec près de la moitié (47 %) des patients transfusés.

Cancer et chimiothérapie

Certains soins lourds et intensifs contre le cancer, comme la chimiothérapie, détruisent les cellules cancéreuses mais également les cellules sanguines saines, en particulier les plaquettes. La fabrication de cellules sanguines par la moelle osseuse est aussi rendue difficile. Durant cette période, un support transfusionnel permet de renouveler le sang et ainsi renforcer l’organisme affaibli.

"En 2008, on m’a diagnostiqué une leucémie aiguë. Pendant la durée du traitement, ma vie était suspendue aux transfusions de sang, de plaquettes. Pendant que j’étais transfusé, je me posais toujours la question : 'Qui sont celles et ceux qui consacrent un peu de leur temps, qui surmontent leur crainte de la piqûre pour, au nom de la solidarité, donner leur sang ?'. Dans une époque où règne l’individualisme, cet élan d’humanité est à la fois rassurant et porteur d’espoir pour nous, les malades", témoigne Christian, un patient de 39 ans.

128 sites fixes

Plus de 40 000 collectes mobiles de sang ont lieu tous les ans en France, qui dispose par ailleurs de 128 sites fixes – toutes les adresses sont disponibles sur dondesang.efs.sante.fr. Et comme chaque année, la Journée mondiale des donneurs de sang donne lieu à plus de 300 collectes organisées un peu partout en France.

"Le but est aussi de remercier les 1,6 million de donneurs de sang français. Ce sont de véritables héros, à l’image de cet Australien au bras d’or", s’émeut Jamal Benomar, avant de conclure : "donner son sang est aussi extrêmement gratifiant psychologiquement". Récemment, la presse relatait l’histoire de James Harrison, un Australien de 81 ans qui a donné son sang 1 173 fois, sauvant ainsi 2,4 millions de bébés. Son plasma contenait un anticorps rare, qui permettait de faire des injections anti-D pour éviter la maladie hémolytique du nouveau-né (MHN).

Contre-indications

Pour donner son sang, il faut être majeur, peser plus de 50 kilos et être reconnu apte à l’occasion d’un entretien médical préalable. Avoir certains antécédents médicaux (comme le paludisme), être très récemment tatoué ou avoir voyagé dans un pays où règnent certaines maladies tropicales constituent des exemples de contre-indications. À noter que les hommes homosexuels peuvent donner leur sang depuis 2016, mais une abstinence sexuelle d’un an est obligatoire. Une disposition dénoncée par les associations.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité