Publicité

QUESTION D'ACTU

Nouveaux arrivants

Allergies : la quasi-totalité de la France en alerte orange aux pollens de graminées

Le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) indique que le risque d’allergie aux pollens de graminées est élevé dans une grande majorité du pays. Comment se protéger efficacement ?

Allergies : la quasi-totalité de la France en alerte orange aux pollens de graminées parinyabinsuk /istock

  • Publié 22.05.2018 à 12h05
  • |
  • |
  • |
  • |


Après les allergies aux pollens de bouleau, place aux pollens de graminées. Selon le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), le risque d’allergie aux pollens de graminées est élevé partout en France, excepté en Bretagne, dans le Nord et autour de la Méditerranée où le risque est de niveau moyen. 

"Les chênes terminent leur pollinisation sur tout le pays", mais ont toujours "un risque de niveau moyen autour de la Méditerranée et faible ailleurs", indique le RNSA. Les pollens de plantains et d’oseilles sont présents en faible quantité et leur d’allergie sera de niveau faible. "Autour de la Méditerranée, d’autres pollens sont en augmentation avec un risque d’allergie faible à localement moyen, ce sont les oliviers et les urticacées (pariétaires)".

Tous les pollens ne sont pas allergisants

Les graminées sont une famille de plantes monocotylédones de l'ordre des Poales, qui comprend environ 12 000 espèces groupées en 780 genres, à répartition cosmopolite. C'est, par le nombre d'espèces, la cinquième famille de plantes à fleurs, après les Asteraceae, Orchidaceae, Fabaceae et Rubiaceae. On y trouve la plupart des espèces appelées communément "herbes" et les céréales. Elle se retrouve dans les prairies, en forêt ou encore en bord de route. 

Mais les pollens ne sont pas tous allergisants, précise le RNSA. Pour provoquer des symptômes d'allergie, il est indispensable que les grains des pollens arrivent sur les muqueuses respiratoires. "Seules les plantes anémophiles disséminent les grains de pollens par le vent ; alors que les plantes entomophiles nécessitent l'intervention d'un insecte pour assurer leur fécondation en transférant le pollen de la fleur mâle d´origine à la fleur femelle réceptrice". Les pollens de pinacées (pin, sapin, épicéa), qui sont très présents dans l’air, ne sont par exemple pas allergisants, selon le RNSA. "Les flocons blancs qui sont visibles dans l’air et qui tapissent parfois les pelouses, comme le ferait une première neige, proviennent des peupliers et des saules mais ne sont pas des pollens, n'ont pas de caractère allergisant, mais peuvent avoir un caractère irritant".

Les allergiques devront néanmoins rester très vigilants et consulter leur médecin ou un allergologue en cas de symptômes. "Pour ceux qui ne l’expérimentent pas, une allergie paraît anodine. Elle l’est rarement. Elle peut entraîner des fièvres à 38°C, des sifflements, une grande fatigue. Sans compter qu’un asthme sous-jacent peut se cacher sous une rhinite et se déclarer à tout âge", note le docteur Jean-François Fontaine, allergologue à Reims (Marne), président de l’Association de formation continue en allergologie (Anaforcal).

Comment se protéger efficacement ?

Entre 20 et 40% des Français souffrent d'allergies polliniques. Si vous êtes allergique, quelques précautions peuvent vous aider. Le tout est de limiter les contacts avec l'extérieur lorsque le risque est élevé : évitez les balades en forêt ou dans les champs. Si vous roulez en voiture, gardez les fenêtres fermées.

Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) recommande également de se rincer les cheveux le soir (sinon les pollens se déposent sur la taie d'oreiller et entretiennent l'irritation, ndlr), de favoriser l’ouverture des fenêtres avant le lever et après le coucher du soleil (les pollens sont plus présents la journée, ndlr), d'éviter de faire sécher le linge à l’extérieur et de bien suivre son traitement. Changez vous régulièrement si vous le pouvez, les pollens ont tendance à rester accrochés aux vêtements.

Il existe également de nombreuses applications vous permettant de mesurer le taux de pollinisation de votre région. Le RNSA informe "que les données utilisées ne sont pas les mêmes pour toutes" et reconnait les prévisions des applications "Alertes pollens", "I-pollen", "ALlergiK", "Assitant Air", "Dermocontrol", "Capt'air Bretagne" ainsi que celles des différentes ATMO. "Les autres applications n'utilisent que des données modélisées".

Protégez vos voies respiratoires de la pollution

De nombreuse études soulignent les effets délétères de la pollution et de la circulation automobile sur la santé respiratoire, notamment celle des enfants, avec des pourcentages d'asthme et d’allergie aux pollens qui grimpent de 20 à 30 %. Une équipe internationale de chercheurs a mis en évidence l’impact de la pollution de l’air lié au trafic automobile sur l’asthme infantile.

Leurs travaux publiés le 27 mars dans la revue Environment International démontrent que jusqu’à 38% de tous les cas annuels d’asthme recensés chez les enfants à Bradford peuvent être attribuables à la pollution de l’air. La pollution atmosphérique liée à la circulation automobile est quant à elle estimée à 12% de tous les cas d’asthme infantile recensés. En cause : les taux importants de dioxyde d’azote. Ce polluant atmosphérique produit par la circulation routière est en effet connu pour provoquer des irritations du système respiratoire et exacerber de manière significative les problèmes respiratoires existants chez les sujets. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité