Publicité

QUESTION D'ACTU

Hygiène

Certaines bactéries sont devenues résistantes aux gels hydro-alcooliques

Peu coûteuses et pratiques à transporter, les solutions hydro-alcooliques sont très utilisées en France pour se désinfecter les mains. Mais une bactérie, responsable d’infections nosocomiales, y devient de plus en plus résistante. Explications.

Certaines bactéries sont devenues résistantes aux gels hydro-alcooliques jayzynism/epictura

  • Publié 23.02.2018 à 17h05
  • |
  • |
  • |
  • |


Nombreuses sont les personnes à avoir un gel hydro-alcoolique sur elles. Depuis l’épidémie de grippe A en 2009, leur usage s’est largement développé en France. Utilisés depuis plus longtemps dans le milieu médical, l’efficacité de ces solutions d'hygiène est pourtant remise en cause. D’après une étude menée par des chercheurs australiens, une bactérie serait de plus en plus résistante à ces gels, la bactérie Enterococcus faecium. Elle est responsable des infections nosocomiales, on les définit comme les infections liées aux soins. Leur apparition survient généralement lors d'un séjour en hôpital. Les résultats sont publiés sur bioRxiv, un site de biologie.

Une solution hygiénique idéale

L’usage des solutions hydro-alcooliques (SHA) sont souvent plus efficaces que le savon. C’est ce qu’explique un rapport du Ministère de la santé publié en 2002. Souvent, le lavage des mains n’est pas fait assez régulièrement, trop vite ou les personnels soignants présentent une intolérance aux produits utilisés. L’avantage des SHA est leur efficacité. Elles contiennent de l’alcool, qui a une très grande rapidité d’action sur l’élimination des bactéries. Leur utilisation est plus rapide que pour un lavage de mains classique. Aucune des études menées jusqu'ici n’avait trouvé de bactérie résistance à ce type de produits. 

Des bactéries toujours plus résistantes

Entre 1997 et 2015, les chercheurs de l’université de Melbourne ont prélevé des échantillons en milieu hospitalier. Les bactéries sont devenues de plus en plus résistantes au fil des années. Les bactéries les plus récentes étaient dix fois plus résistantes au produit que les premières. 

En juin dernier, 200 chercheurs internationaux ont écrit une tribune pour alerter sur les dangers de certains produits hydroalcooliques. Elle est parue dans la revue Environmental Health Perspectives. Le principal danger de ces produits réside dans la présence de triclosan et de triclocarban dans leurs composants. Leur efficacité n’est pas avérée dans la lutte contre les bactéries selon ces scientifiques et surtout ils sont considérés comme des perturbateurs endocriniens. Leur usage peut avoir des conséquences sur les fonctions reproductives et sur le développement. Ces deux produits ne sont pas présents uniquement dans les gels hydro-alcooliques, ils seraient présents dans 2000 produits allant du savon au détergent en passant par la peinture. 

200 scientifiques internationaux contre les gels hydro-alcooliques

En juin 2017, 200 chercheurs originaires de 29 pays et 9 organisations sanitaires européennes, ont co-signé une tribune intitulée "The Florence Statement" publiée dans la revue "Environmental Health Perpectives". "Le triclosan et le triclocarban sont des perturbateurs endocriniens et sont associés à des effets sur la reproduction et le développement dans des études animales et in vitro. Les implications potentielles pour la reproduction et le développement de l'être humain sont préoccupantes et méritent une étude plus approfondie", ont-ils écrit. Selon eux, mieux vaut se laver les mains avec la manière traditionnelle, que d'utiliser des gels hydro-alcooliques dont l'efficacité contre les bactéries demeure incertaine. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité