Publicité

QUESTION D'ACTU

Entraînement cérébral

Maladie d’Alzheimer : une appli pour réduire le risque

Une étude menée aux Etats-Unis a permis d’identifier un entraînement sur ordinateur capable de préserver la fonction cognitive des personnes âgées et réduire le risque de démence. Mais face à l’inexistence de traitement curatif, d’autres stratégies sont indispensables.

Maladie d’Alzheimer : une appli pour réduire le risque PEPPERSMINT/epictura

  • Publié 25.11.2017 à 15h46
  • |
  • |
  • |
  • |


Les derniers résultats de l'étude Advanced Cognitive Training for Independent et Vital Elderly (ACTIVE) ont été publiés dans la revue américaine Alzheimer & Dementia: Translational Research & Clinical Interventions. Menée par plusieurs chercheurs américains, l’étude a permis de mesurer l'efficacité de trois types d'entraînement sur ordinateur (mémoire, raisonnement et vitesse de traitement) visant à préserver la fonction cognitive des personnes âgées. Au total, 2 802 personnes âgées de 74 à 84 ans en bonne santé ont été divisées en quatre groupes et suivies pendant 10 ans.

La vitesse de traitement de l’information est la clé

Les fonctions cognitives et le fonctionnement cérébral de tous les participants ont été évalués au début de l'étude, après les six premières semaines, puis au terme de la première, deuxième, troisième, cinquième et dixième année.
Résultat : si les scientifiques n’ont noté aucune différence significative dans les groupes où l’entrainement sollicitait la mémoire et le raisonnement, il semblerait que le groupe ayant suivi un entrainement relatif à la vitesse de traitement des informations ait montré une réduction du risque de démence de 29%.
Plus précisément, le risque absolu de démence pour ce groupe était de 5,9%, comparativement à 9,7% et 10,1% pour les groupes mémoire et raisonnement. Le groupe témoin, qui lui n'a pas suivi de formation, avait un taux de 10,8%.

Prévenir, mais pas guérir

« Nous avons besoin de mieux définir ce qui rend un certain entraînement cognitif sur ordinateur efficace, tandis que d'autres types ne le sont pas », explique le Dr. Edwards. Mais cet entraînement sur la vitesse de traitement de l’information, efficace chez les personnes âgées comme moyen préventif pour réduire le risque de démence, n’est pas un traitement. Or il y a urgence.
La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénératrice complexe qui affecte progressivement les fonctions cognitives (mémoire, langage, raisonnement, apprentissage, prise de décision, attention …), de près de 900 000 personnes en France. En moyenne, la démence affecte 14% des personnes âgées de 71 ans et plus et 30% de celles âgées de plus de 90 ans.
Plus de 35 millions de personnes sont affectées dans le monde et aucune étude ne permet à ce jour, de définir les raisons qui conduisent au développement de cette maladie ou d’identifier un traitement pour arrêter sa progression une fois installée.
Pire, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), estime que le nombre de malades devrait  doubler tous les 20 ans, pour passer à 65,7 millions en 2030 et à 115,4 millions en 2050. Un constat accablant.

Bill Gates investit 50 millions de dollars

Cette semaine, Bill Gates a annoncé avoir investi 50 millions de dollars de sa fortune personnelle pour soutenir la recherche contre la maladie d’Alzheimer. « Nous avons vu des innovations scientifiques qui ont transformé des anciennes maladies à l'issue fatale, comme le VIH, en maladies chroniques qui peuvent être contrôlées par des médicaments. Je suis persuadé que nous pouvons faire aussi bien (voire mieux) avec la maladie d’Alzheimer », explique le milliardaire sur son blog, justifiant son intérêt pour la lutte contre cette maladie par ses coûts, à la fois émotionnels pour les familles et économiques pour les systèmes de santé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité