Publicité

QUESTION D'ACTU

Sédentarité, surpoids…

Chaque kilo en moins réduit de 7% le risque de diabète

Face à l’accroissement du nombre de diabétiques dans le monde, il est important de trouver des moyens de prévenir la maladie. Selon une étude, améliorer ses habitudes de vie est plus efficace, sur le long terme, que les médicaments. 

Chaque kilo en moins réduit de 7% le risque de diabète tish1/Epictura

  • Publié 09.11.2017 à 10h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Le diabète touche plus de 400 millions de personnes adultes dans le monde et plus de 3 millions en France. Et les prévisions sont à la hausse pour les années suivantes : en France, on estime que le nombre augmente de 2,8% par an ! Problème de santé publique, cette maladie coûte aussi très cher aux états : le coût attribué au diabète est de 8 milliard d’Euros en 2015. 

Le diabète qui touche le plus les adultes est le diabète de type 2 : c’est le diabète de la maturité ou « diabète gras ». Souvent, il est lié à une mauvaise alimentation, au surpoids, à l’obésité ou encore au manque d’activité sportive. Il apparaît généralement chez les adultes de plus de quarante ans. Mais depuis quelques temps, et notamment en France, les premiers cas touchant des adolescents ou de jeunes adultes apparaissent.

Le risque de diabète diminué de 39%

Selon une étude, publiée dans le Journal of the American Medical Association, imposer un mode de vie plus sain aux personnes à risque est efficace dans la prévention du diabète. Les traitements médicamenteux le sont aussi, mais seulement à court terme. 

Les chercheurs ont analysé 43 essais cliniques bien menés, qui englobent près de 49 000 participants. Sur ces 43 essais, 19 concernent un changement de mode de vie, 19 impliquent la prise de médicaments et 5 sont un mélange entre traitement médicamenteux et changement des habitudes de vie. Les médicaments concernent diverses molécules allant des antidiabétiques à des traitements médicamenteux de réduction pondérale.

D’après les résultats, le changement d’habitudes de vie réduit le risque de diabète de 39%. Les médicaments, eux, de 36%. Mais, en regardant l’évolution dans le temps, à partir du moment où les personnes arrêtent ces médicaments, le risque de diabète explose. 

Ajuster la prévention à chaque personne à risque

Le changement des habitudes de vie est une méthode beaucoup plus efficace que les traitements médicamenteux pour réduire le risque de diabète : il suffit de traiter 25 personnes à risque pour éviter un diabète et ce bénéfice est maintenu au moins partiellement.

Le suivi des études de modification des habitudes de vie atteint 5 à 9 ans (7,2 ans en moyenne) dans cette méta-analyse. La soutenabilité de cette modification des habitudes de vie et de ses effets contre le diabète sont donc bonnes, mais l’effet préventif sur le diabète a tendance à s’estomper au fil du temps (28% de réduction du risque de diabète à 7 ans dans le groupe modification des habitudes de vie), ce qui suggère d’envisager des actions de soutien de ces programmes sur le long terme.

Selon J. Sonia Haw, qui fait partie de l’équipe de chercheurs qui a réalisé l’analyse, la prévention du diabète doit donc se jouer sur tous les tableaux pour réduire au maximum le risque, y compris en associant des médicaments à certaines périodes, mais il faut agir surtout à la fois sur le régime et sur l’exercice physique. Il faut adapter les mesures de prévention en fonction de la personne, de sa motivation, pour changer d’abord ses habitudes alimentaires par exemple, et des ressources économiques et sociales de la société.

Au final, cette méta-analyse montre que chaque kilogramme perdu est associé à une réduction de 7% du risque de diabète !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité