Publicité

QUESTION D'ACTU

Octobre Rose

Cancer du sein : les grandes disparités du dépistage organisé

Alors que moins de 40 % des Corses ou des Guyanaises participent au dépistage, 60 % des femmes des Pays-de-la-Loire et de Bretagne ont réalisé une mammographie en 2016.

Cancer du sein : les grandes disparités du dépistage organisé jovannig/epictura

  • Publié 08.10.2017 à 11h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Le dépistage organisé du cancer du sein ne convainc toujours pas les Françaises. L’an dernier, 50,7 % des femmes invitées à participer à ce programme ont poussé la porte d’un cabinet de radiologie, soit 2,5 millions de femmes. Un taux de participation en léger recul par rapport à 2015 (-1 point), selon l’Institut de veille sanitaire.

Ce programme de dépistage organisé est proposé à toutes les femmes de 50 à 74 ans tous les deux ans depuis 2004. Sur l’ensemble du territoire, les femmes invitées à se faire dépister peuvent bénéficier gratuitement d’une mammographie. Et contrairement à un dépistage individuel, les résultats de cet examen sont analysés par deux spécialistes différents pour réduire les faux-positifs et le surdiagnostic.

Sur le papier, l’organisation de ce dépistage devrait rassurer les femmes. Mais force est de constater qu’il reste au cœur de nombreux débats et la méfiance à l’égard de cet examen ne faiblit pas. Le taux de participation ne cesse diminuer, en particulier chez les 70-74 ans. Chaque année, l’objectif européen de 70 % de femmes dépistées est de plus en plus difficile à atteindre.

Grand écart

Néanmoins, cette réalité n’est pas homogène sur tout le territoire. Sur les 13 régions métropolitaines et les 4 territoires d’Outre-Mer, 10 affichent un taux de participation supérieur à 50 %. Les habitantes des Pays de la Loire sont les plus assidues avec 59,6 %. Les régions Centre-Val de Loire, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine ou encore la Réunion ne sont pas loin. En revanche, la Corse, l’Ile-de France, PACA ainsi que la Guyane n’atteignent même les 40 % de participation.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Rénover le dépistage

Cette hétérogénéité s’observe également à l’échelle des départements. En Ile-de-France par exemple, le taux de participation varie de 27 % pour Paris à 47 % dans le Val d’Oise. De même en PACA, les écarts peuvent aller de 57,5 % dans les Hautes-Alpes à 35 % dans les Bouches du Rhône.

Face à ces importantes disparités et la défiance des femmes, les pouvoirs publics se sont lancés dans la refonte de ce programme l’an dernier. L’objectif : donner une information davantage objective et complète aux femmes pour leur permettre de faire un choix éclairé. L’Institut national du cancer a ainsi rédigé un nouveau livret d’information qui présente à la fois les bénéfices du dépistage organisé mais aussi ses limites. Celui-ci sera glissé dans le courrier d’invitation au dépistage.

Les autorités souhaitent redonner confiance aux femmes en ce dépistage. Car l’enjeu est grand : chaque année, 54 000 femmes sont diagnostiquées, et près de 12 000 décèdent. Le cancer du sein reste le premier cancer chez la femme et le plus meurtrier.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité