Publicité

QUESTION D'ACTU

40 cas en 20 ans

Chauve-souris : un cas de rage dans la Drôme

Le mammifère a été trouvé agonisant le 3 août dernier à Saint-Martin-le-Colonel (Drôme). Après qu’il a été euthanasié, des analyses ont montré qu’il était infecté par la rage.

Chauve-souris : un cas de rage dans la Drôme Bernard DUPONT

  • Publié 18.08.2017 à 12h05
  • |
  • |
  • |
  • |


Les chauves-souris ont déjà une réputation peu enviable. Les animaux nocturnes sont rarement appréciés, et le sont encore moins lorsqu’ils sont porteurs de maladies. Surtout lorsqu’il s’agit de la rage.

Les plus inquiets ne seront donc pas rassurés d’apprendre qu’une chauve-souris infectée par la rage a été découverte dans la Drôme. Une femme l’a trouvée très affaiblie dans le petit village de Saint-Martin-le-Colonel, non loin de Valence.

Un cas très isolé

Le vétérinaire de Saint-Jean-en-Royans, à qui elle a apporté l’animal qu’elle avait soigneusement ramassé avec une serviette, avait suspecté l’infection et avait demandé des analyses. Elles viennent de confirmer son diagnostic : la chauve souris avait la rage.

C’est le premier cas observé dans le département depuis plus de 25 ans, même si une quarantaine de cas ont été recensés chez des chauves-souris depuis une vingtaine d’années. La Bretagne, l’Alsace et le Centre sont plus touchés. Au début du mois, une personne avait été mordue par un animal contaminé en Suisse.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Une maladie mortelle

Le risque n’est pas anodin. La rage fait encore plusieurs dizaines de milliers de morts par an dans le monde. Elle est causée par un virus présent dans la salive d’animaux (chien, renard, chauve-souris et autres animaux sauvages). En cas de morsure ou de griffure, ou même de simple léchage sur une partie de peau abîmée ou une muqueuse, les animaux peuvent transmettre la maladie à l’homme.

Le virus affecte le système nerveux. « Après quelques jours à quelques mois d’incubation le plus souvent, l’individu atteint développe un tableau d’encéphalite, explique l’Institut Pasteur. La phase symptomatique débute souvent par une dysphagie (difficulté à avaler) et des troubles neuropsychiatriques variés, notamment l’anxiété et l’agitation. » Une fois les symptômes déclarés, l’issue est, à quelques exceptions rarissimes, toujours fatale, en quelques heures à quelques jours.

En cas d’exposition, le traitement consiste en premier lieu en un nettoyage des plaies. Ensuite, une vaccination est prescrite, éventuellement accompagnée d’une sérothérapie spécifique. Le patient subit 4 à 5 injections en un mois.

Prudence mais pas de panique

Il faut donc être prudent en manipulant les animaux affaiblis, en bannissant tout contact direct. Le meilleur réflexe reste de contacter les services vétérinaires ou le réseau de chiroptérologues, des spécialistes des chauves-souris.

Pas de panique pour autant. Les habitants de Saint-Martin-le-Colonel et les personnes qui y ont séjourné n’ont pas à se faire vacciner, sauf s’ils sont rentrés en contact avec l’un des mammifères volants. Dans ce cas, le réflexe est de laver la plaie avec du savon de Marseille, d’appliquer un antiseptique, et de consulter rapidement un médecin pour lancer le traitement prophylactique.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité