Publicité

QUESTION D'ACTU

Filtre Inkwell, selfies tristes…

Un algorithme dépiste les dépressifs sur Instagram

Dans une étude américaine, l’analyse de comptes Instagram a permis d’identifier des signes de dépression. Les chercheurs ont créé pour cela un algorithme informatique inédit.

Un algorithme dépiste les dépressifs sur Instagram Karly Domb Sadof/AP/SIPA

  • Publié 21.08.2016 à 11h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Instagram est le réseau social préféré de ceux qui aiment partager leurs photos de vacances. Mais à l’avenir, il pourrait aussi devenir un nouvel outil dans le cabinet des médecins qui prennent en charge des patients dépressifs. C’est en tout cas ce qu’affirment deux chercheurs américains qui ont développé un programme informatique inédit de détection de cette pathologie mentale. Avec un taux de réussite de 70 %, affirment-ils.

Dans leurs travaux publiés il y a quelques jours, Andrew G. Reece de l'université d'Harvard et Christopher M. Danforth de celle de Vermont ont suivi 166 volontaires. Tous travaillaient au sein du service Mechanical Turk d'Amazon, une plateforme de partage des tâches rémunérées, et possédaient un compte Instagram pour diffuser leurs photos personnelles. L'algorithme des chercheurs a ainsi analysé 43 960 images, antérieures à toute dépression.

Le filtre Inkwell, un mauvais présage ? 

Grâce à une technique d'intelligence artificielle nommée « machine learning » (ou « apprentissage automatique »), le programme a repéré quelques « marqueurs prédictifs » fréquents chez les futurs ou actuels dépressifs. Parmi eux, ils listent : des photos aux teintes plus froides, d'une luminosité plus sombre et aux couleurs plus ternes. Ces malades avaient par exemple une tendance toute particulière pour le filtre Inkwell (photo en noir et blanc). Au contraire, les personnes n’étant pas concernées par la dépression utiliseraient davantage le filtre « Valencia » (tons plus chauds).

Par ailleurs, les images de ces personnes dépressives avaient aussi moins de partages au sein du réseau social, mais aussi moins de clics d'approbation.


Attention aux selfies tristes !

Enfin, plus marquant encore, les personnes non dépressives diffusent moins de photos montrant leur propre visage et plus de clichés d'elles-mêmes entourées par des tiers. A ce sujet, les scientifiques écrivent : « On pourrait parler de "selfies tristes". Les autoportraits seraient plus fréquents chez les dépressifs alors que les autres se photographient entre amis », concluent-ils.
Des indications utiles pour des médecins confrontés à une pathologie en pleine explosion. L’Inserm estime en effet que près d’une personne sur cinq a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie.

Après l’alcoolisme, le cancer de la peau, ou encore le mini-AVC, les selfies et les réseaux sociaux démontrent une nouvelle fois leur capacité d’aide au diagnostic médical.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité