>
Les Symptômes
>
Toux de l’adulte : ne jamais négliger les toux chroniques

Toux de l’adulte : ne jamais négliger les toux chroniques

Publié le 02.10.2016
Toux de l’adulte : ne jamais négliger les toux chroniques
©123RF-dolgachov

La toux est très fréquente en particulier chez l’adulte fumeur, mais une toux chronique au-delà de 8 semaines n’est jamais normale. La différence entre toux sèche et toux productive n’a pas d’intérêt diagnostique chez l’adulte, le seul intérêt est thérapeutique afin d’éviter les antitussifs en cas de toux productive.

Toux de l’adulte : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
Une « toux aiguë » dure de quelques jours à trois semaines.
Une « toux chronique » survient tous les jours et dure plus de 6 à 8 semaines.
Une « toux sèche » ne s’accompagne pas de production de glaires et une toux grasse s’accompagne d’une production de glaires ou « expectorations ».

Qu'est-ce qu’une toux ?

La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou volontaire, permettant l’expulsion brutale de l'air contenu dans les poumons en réponse à une irritation des voies aériennes ou des centres nerveux de la toux.
C’est une réaction normale des voies respiratoires afin qu’elles se libèrent des sécrétions bronchiques. C'est aussi une réponse réflexe déclenchée par diverses irritations inflammatoires, le plus souvent en lien avec une infection ou une allergie, mais aussi des irritations chimiques ou mécaniques.
Deux types de mécanismes sont donc évoqués dans le déclenchement de « l’arc réflexe » de la toux : une stimulation directe des récepteurs des voies respiratoires par des sécrétions, une tumeur ou un corps étranger, et une augmentation de la sensibilité des récepteurs des voies aériennes à l’origine d’un état « d’hypersensibilité » et d’un abaissement du seuil de la toux (tabac, irritants naturels ou chimiques, variations de température…).
La toux est sous le contrôle d’un « centre nerveux de la toux », situé à la jonction du cerveau et de la moelle épinière (dans le « bulbe »). Ce centre est relié à des récepteurs présents dans toutes les zones sensibles des voies aériennes. Si ces récepteurs sont stimulés par une accumulation de sécrétions bronchiques, ou un corps étranger, qui gênent la respiration, un message est transmis par les « nerfs afférents » (trijumeau, glosso-pharyngien, laryngé supérieur, nerf vague) au centre de la toux et celui-ci réagit en envoyant par l'intermédiaire d’autres « nerfs efférents » (nerfs récurrents laryngés et spinaux), un message aux muscles impliqués dans les mouvements respiratoires et notamment aux muscles de glotte et de la cage thoracique.
Après une inspiration forcée, une petite valve à la base de la gorge, « l’épiglotte » se referme pour faire monter la pression de l’air dans les voies respiratoires, tandis que le muscle diaphragme remonte, les côtes et le sternum descendent et les poumons se contractent. Lorsque la pression devient trop forte, l’épiglotte s’ouvre brutalement. L’air est alors éjecté et produit un son très caractéristique au contact des cordes vocales.
Il existe de nombreuses formes de toux qui peuvent être regroupées en deux familles : les « toux sèches » (sans production de glaires) et les « toux grasses » (avec production de glaires ou « expectorations »). Les toux grasses sont des toux utiles car elles dégagent les voies respiratoires et contribuent à la guérison.
Une toux peut être « aiguë » (courte durée, par exemple en cas de rhinopharyngite) ou « chronique » (elle se prolonge plus de 6 à 8 semaines, par exemple en cas d’asthme). Mais il faut savoir que tousser pendant trois semaines après une infection respiratoire est normal même si celle-ci est complètement guérie.

CAUSES >>
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit