• CONTACT
Publicité

MIEUX VIVRE

Étude américaine

Comment des vaccins cultivés dans des oeufs pourraient détourner une partie des anticorps du virus ciblé

Des chercheurs américains de l'université de Chicago ont découvert que les anticorps de virus cultivés en laboratoire pouvaient se loger dans des œufs de poule, en se liant au glycan. Ce phénomène, qui produit une réponse anticorps contre ce composant de l'œuf sans aucun lien avec le virus ciblé initialement, ne représenterait toutefois pas un danger pour la santé. 

Comment des vaccins cultivés dans des oeufs pourraient détourner une partie des anticorps du virus ciblé Biserka Stojanovic

  • Publié le 05.07.2021 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les scientifiques qui ont réalisé ces travaux ont étudié les réponses des anticorps contre la grippe pendant plusieurs années. Ces derniers ont fait une étonnante découverte : les anticorps semblaient se lier non seulement au virus de la grippe, mais également à tous les virus que le laboratoire pouvait leur présenter.

Étant donné que les anticorps réagissent très spécifiquement aux différents agents pathogènes, ce schéma était donc plutôt inhabituel. Mais en y regardant de plus près, les scientifiques ont réalisé après coup que les anticorps ne réagissaient pas aux virus, mais plutôt à des œufs de poule utilisés dans le laboratoire et dans lesquels les virus avaient été cultivés, plus précisément dans une partie appelée l'allantoïde. 

Les anticorps ciblent une molécule de sucre, connue sous le nom de glycan, mais avec une version modifiée que l'on trouve dans les œufs, mais qui n'est pas connue pour être exprimée chez les humains. "Pour cette raison, les humains peuvent produire des anticorps contre ce glycan modifié par le soufre", précisent les auteurs de cette recherche parue en juin dans la revue mBio

Quels effets sur la santé ?

"La culture de vaccins dans des œufs est la vieille méthode parce qu'elle est bon marché et qu'elle permet de cultiver beaucoup de virus", explique Jenna Guthmiller, titulaire d'un doctorat à l'université de Chicago et chercheuse principale de l'étude.

"Nous constatons maintenant que ces anticorps se lient à ce glycan ce qui signifie que les personnes qui se font vacciner produisent une réponse anticorps contre ce composant de l'œuf qui n'est pas du tout lié au virus", ajoute-t-elle. 

Les effets de ces anticorps sur la santé humaine demeurent en revanche inconnus bien que, jusqu'à présent, rien ne prouve que leur présence ait un quelconque impact négatif. "Tant de personnes se font vacciner contre la grippe chaque année et les effets indésirables sont extrêmement rares, il n'y a donc aucune raison de soupçonner que cela puisse causer des problèmes", rassure Jenna Guthmiller.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité