• CONTACT
Publicité

MIEUX VIVRE

Activité physique

Sport : comment éviter de se "mettre dans le rouge" lors d’un effort physique ?

Arrivé d’une étape de montagne du Tour de France. Il y a, comme toujours, un journaliste assez mal élevé pour tendre le micro vers l’un de ces pauvres exténués qui vient de se prendre un carton de 10 minutes et de perdre tout espoir de victoire. Le malheureux, sans protester, raconte qu’il a laissé partir le peloton, parce qu’il avait peur de "se mettre dans le rouge".

Sport : comment éviter de se \ wasja

  • Publié le 01.05.2018 à 18h30
  • |
  • Mise à jour le 01.05.2018 à 19h00
  • |
  • |
  • |


On reprend, là encore, l’exemple de l’automobile qui reste la référence du mâle moderne. Se "mettre dans le rouge", c’est atteindre la zone dangereuse du compte-tours, la limite à partir de laquelle le moteur est en péril, parce qu’il risque de chauffer. Ce n’est pas une si mauvaise comparaison que cela dans le cas de l’activité physique.

Toutefois, le moteur humain ne monte pas trop en température. C’est plutôt, pour lui, un problème d’alimentation en carburant. La façon la plus efficace qu’à notre corps pour transformer le sucre en énergie est de fournir de l’oxygène aux brûleurs. L’oxygène arrive par les poumons et passe dans le sang, qui joue le rôle de distributeur. Plus l’effort est intense, plus on a besoin d’oxygène.

Circuit de secours

C’est pour cela que l’effort essouffle et que le pouls augmente. Logique, non ? Oui, mais lorsque la limite est atteinte, il existe un circuit de secours au moment du "passage dans le rouge". Un autre brûleur se met en branle ; il ne nécessite pas d’oxygène mais est, en revanche, de mauvaise qualité. Et notre malheureux cycliste, entre deux gorgées d’une boisson dont il prend encore le soin de montrer la marque, pendant que son soigneur l’affuble d’une casquette ridicule aux couleurs de son sponsor, avoue : "j’ai fait du lactique".

Le lactique, c’est le résidu de la mauvaise carburation. Le muscle n’aime pas l’acide lactique du tout, pour la bonne raison que c’est lui le responsable des crampes.

Pour l’éliminer, il faut boire, ce que notre brave cycliste a fait avec conscience tout au long de l’étape, et surtout passer de longues minutes sur la table de massage, car à la différence du sportif du dimanche qui met quelques jours à récupérer, notre professionnel sait qu’il a quatre cols au programme du lendemain… Pas difficile, après cela, de comprendre pourquoi les faiseurs de miracles médicaux font recette dans le peloton !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité