Publicité

MIEUX VIVRE

Phénomène réversible

L’anorexie conduit à une perte de matière grise dans le cerveau

Le cortex cérébral est affecté par l’anorexie mentale. On observe un amincissement de la matière grise chez les malades. Un phénomène réversible puisqu’une thérapie permet d’inverser la tendance.

L’anorexie conduit à une perte de matière grise dans le cerveau La reprise de poids permet d'inverser la perte de matière grise (Peter Lawson / Rex Feat/REX/SIPA)

  • Publié 04.12.2014 à 14h40
  • |
  • |
  • |
  • |


Les anorexiques subissent une perte de matière grise comparable à celle des malades d'Alzheimer. C’est ce que révèle une étude parue dans la revue Biological Psychiatry. Une équipe de la Faculté de médecine de Dresde (Allemagne) a analysé l’impact de ce trouble du comportement alimentaire sur la structure cérébrale de 40 patientes malades et de 40 personnes en bonne santé. Ils en concluent, sans conteste, à un amincissement de la matière grise dans le cortex.

 

Les chercheurs allemands, dirigés par le Pr Stefan Ehrlich, ont réalisé des IRM des participants à cette étude avant la thérapie et après sa réussite. Pour parler de réhabilitation totale, l’équipe a attendu que les malades atteignent un poids normal et stable, reprennent un comportement alimentaire correct et aient des menstruations régulières. Plus de 100 000 zones différentes du cerveau ont été observées sur les clichés obtenus.

 

La malnutrition est la cause

Au moins 85 % de la surface corticale des patients est amincie chez les patientes anorexiques, révèle cette étude. « L’étendue de la zone affectée et l’ampleur de l’amincissement de la matière grise sont remarquables - de manière comparable à ce que l’on observe dans la maladie d’Alzheimer », analyse le Pr Ehrlich.
D’autres études ont suggéré que l’anorexie est associée à des modifications de la structure cérébrale. Mais jusqu’ici, les chercheurs n’étaient pas parvenus à localiser précisément ces bouleversements. « Les anomalies de la structure cérébrale dans l’anorexie mentale (…) sont d’abord la conséquence de la malnutrition », explique les auteurs de l’étude. « Il est peu probable qu’elles reflètent des marqueurs pré-morbides (précédant la maladie, ndlr) ou des cicatrices permanentes. »

 

Ces anomalies sont profondes, mais pas irréversibles : « Nous avons observé une normalisation complète de l’épaisseur de la matière grise corticale chez les patients réhabilités sur le long terme », souligne Stefan Ehrlich. « Ce sont des résultats particulièrement encourageants pour les personnes souffrant de ce trouble. » La thérapie améliore donc l’impact de l’anorexie mentale sur le cerveau, mais la malnutrition a des effets irréversibles sur l’organisme. Elle entraîne notamment une forte chute de la masse osseuse, ce qui expose les patients à un risque d’ostéoporose.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité