Publicité

MIEUX VIVRE

Etude américaine

Barbie influence les aspirations professionnelles des fillettes

Laisser une petite fille jouer avec une Barbie peut paraître anodin… Mais une étude vient de montrer que cette poupée influence fortement les choix de carrière des plus jeunes.

Barbie influence les aspirations professionnelles des fillettes Madame Patate (Steve Meddle / Rex Feat/REX/SIPA) ou Barbie (MATTEL/SIPA) ?

  • Publié 06.03.2014 à 16h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que la théorie du genre fait débat en France, voici une étude qui va jeter un pavé dans la mare. Deux chercheuses de l’université d’Oregon (Etats-Unis) et de l’université Santa Cruz-Californie (Etats-Unis) ont étudié l’influence de la célèbre Barbie sur les perspectives de carrière des petites filles. Les résultats, parus ce 5 mars dans Sex Roles, suggèrent que cette poupée ne promeut pas l’égalité des sexes.

 

Barbie contre Madame Patate

« Peut-être que Barbie peut « être n’importe qui », comme le suggère la publicité, mais ce slogan ne s’applique pas aux fillettes qui jouent avec », estime Aurora Sherman, co-auteur. « Il y a quelque chose dans ce type de poupée, et non chez les participantes, qui favorise des aspirations de carrière différentes. » Une quarantaine de petites filles âgées de 4 à 7 ans ont participé à l’étude. Certaines ont joué avec une Barbie pendant cinq minutes, d’autres avec une Madame Patate. Deux types de Barbie étaient disponibles : une « Barbie docteur » et une « Barbie mannequin. » Les deux avaient des proportions irréalistes, des visages jeunes et de longs cheveux.


Un impact sur les aspirations de carrière des fillettes

Les chercheuses ont ensuite présenté aux fillettes les photos des 10 emplois différents. Les enfants devaient dire si elles s’imaginaient faire un tel métier, et si un garçon pouvait aussi l’exercer. Celles qui avaient joué à Madame Patate ont presque toutes affirmé qu’elles pouvaient exercer autant de métiers que les garçons. Les petites filles qui ont joué avec une Barbie, en revanche, attribuaient plus d’emplois aux garçons qu’à elles-mêmes. Un résultat qui a de quoi laisser rêveur. « Le fait que quelques minutes de jeu avec une Barbie aient un impact immédiat sur le nombre de métiers que les fillettes envisagent, donne à réfléchir », analyse Eileen Zurbriggen, co-auteur. « Que Barbie soit habillée comme un mannequin ou comme un pédiatre ne compte pas, ce qui suggère que la forme sexualisée de Barbie et son apparence prennent le dessus sur les accessoires qui vont avec. »

 

Bientôt une rivale ?

Une nouvelle poupée pourrait changer la donne. Lammily, c’est son nom, ressemble à Barbie… à ceci près qu’elle respecte les proportions d’un être humain. Le slogan de son créateur exprime bien cette volonté de réalisme : « Average is Beautiful » (Le moyen est beau). Il a d’ailleurs lancé une campagne de crowdfunding pour donner vie à cette poupée réaliste dans les magasins de jouets.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité