Publicité

MIEUX VIVRE

Une étude sur 600 étudiants

Sexe: les femmes ont plus de plaisir avec leur mari que lors d'une aventure

Selon une étude menée auprès d’étudiants, les femmes seraient deux fois moins susceptibles d’atteindre l’orgasme lors d’une relation sexuelle occasionnelle. 

Sexe: les femmes ont plus de plaisir avec leur mari que lors d'une aventure PULSE/SIPA

  • Publié 15.11.2013 à 19h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Les meilleurs émois sexuels des femmes auraient lieu dans le cadre d’une relation sérieuse. C’est en tout cas ce que révèle une étude présentée lors du congrès annuel de l’International Academy of Sex Research. En effet, si les résultats de cette enquête risquent de plaire à un certain nombre de maris et d’inquiéter à l’inverse certains Don Juan, le constat de ces chercheurs montre que la libération des comportements sexuels des femmes n’a pas pour autant contribuer à augmenter leur plaisir.

 

Les femmes déclarent 2 fois moins d’orgasme que les hommes

Cette étude réalisée auprès de 600 étudiants montre que les femmes sont deux fois moins susceptibles de parvenir à l’orgasme que les hommes, que ce soit lorsqu’elles pratiquent le sexe oral ou quand elles ont des rapports sexuels de façon occasionnelle. D’après les auteurs de cette étude, ce constat confirme des recherches antérieures menées par l’Université de New York qui révélaient que seulement 40 % des 24.000 étudiantes interrogées durant cinq ans atteignaient l'orgasme lors d'une nuit sans lendemain. A l’inverse cette précédente analyse avait mis en évidence que c’était le cas chez 80% des hommes dans le même contexte. Par ailleurs, près de 75 % des femmes qui se trouvaient dans une relation sérieuse, avaient déclaré avoir eu un orgasme lors de leurs derniers rapports sexuels.
« Les femmes ne se sentent probablement pas aussi à l'aise pendant ce type de rapport sexuel, notamment pour exprimer ce qu’elles veulent ou ce qu’il leur ferait plaisir, tandis que les hommes sont surement moins centrés sur le plaisir de leur partenaire lors d’une simple aventure, expliquent ces chercheurs.

 

Les « nuits sans lendemain » pourraient miner le moral

Au début de l’été, une étude américaine avait justement analysé les conséquences de ces aventures sexuelles, et peut être refroidit les ardeurs des premiers vacanciers. En effet, les résultats de celle-ci révélaient que les jeunes qui avaient des rapports sexuels occasionnels, étaient plus déprimés et plus anxieux que les autres. Des résultats qu’il fallait prendre avec précaution d’après les spécialistes, les auteurs eux-mêmes concluaient qu'ils mettaient en avant une association et non un lien de cause à effet. « On pourrait plutôt imaginer que les gens les plus anxieux, les plus déprimés sont ceux qui ont le moins de partenaires sexuels stables. Les alcooliques par exemple, sont statistiquement plus divorcés, et ont plus souvent des relations sexuelles épisodiques » expliquait le Pr Michel Lejoyeux, psychiatre à l’hôpital Bichat à pourquoidocteur en juin dernier. Cependant, selon certains experts, il y aurait tout de même des différences psychologiques entre homme et femme dans la pratique du sexe occasionnel. Les femmes seraient malgré tout, plus sujettes aux regrets ou à la culpabilité.

 

Pourtant les femmes pratiquent presque autant le « casual sex »

Même s’il semble qu’elles n’en tirent pas forcément la même dose de plaisir, cette étude récente montre cependant qu’elles sont aujourd’hui quasiment aussi nombreuses que les hommes à pratiquer le sexe sans lendemain. Ces chercheurs ont demandé à ces 600 étudiants de noter sur une échelle de 5 point leur attitude concernant le sexe occasionnel. La note « 1 » étant l’attitude la plus traditionnelle vis-à-vis de cette pratique et le «5» étant la plus libérale.
Pour ces scientifiques la note « 1 » signifiait donc que la personne estimait que le sexe et l’amour étaient indissociables. Résultat, environ 36% des femmes interrogées et 12% des hommes ont donné la note « 2 » concernant le sexe sans lendemain, tandis que 13% des femmes et plus de 40% des hommes ont déclaré une attitude plus libérale avec des scores de 4 ou 5. Sans surprise par ailleurs, les femmes qui avaient déclaré un point de vue traditionnel sur cette attitude sexuelle étaient moins susceptibles d’atteindre l'orgasme que celles qui avaient avoué une position plus libérale.

 

Hommes et femmes ne seraient donc pas encore égaux en matière de sexe occasionnel. Cependant, si l’orgasme n’est pas toujours au rendez-vous des séductrices et des Don Juan, les spécialistes rappellent qu’en revanche le risque d’infections sexuellement transmissibles lui, est capable de frapper à tous les coups. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité