Publicité

MIEUX VIVRE

Imagerie fonctionnelle

L'allaitement dope le développement du cerveau

Nourrir son enfant avec du lait maternel permet au cerveau de se développer plus rapidement, d'après des neurologues américains. Les zones cérébrales du langage, des émotions, et du contrôle psychomoteur sont concernées.

L\'allaitement dope le développement du cerveau BANOS/TPH/SIPA

  • Publié 10.06.2013 à 13h26
  • |
  • |
  • |
  • |


Faut-il allaiter son enfant ou bien se contenter du lait en poudre ? La question, controversée, fait débat depuis un demi siècle et ressurgit au gré des publications scientifiques. La dernière d’entre elles, publiée la semaine dernière dans la revue NeuroImage, risque de relancer le débat. Des neurologues américains de l’université Brown ont en effet examiné le développement cérébral d’enfants en bas âge selon qu’ils sont allaités ou non. Verdict : le cerveau des enfants allaités se développe plus rapidement, et ce dès les premiers mois de la vie.

Ce n’est pas la première étude qui s’intéresse aux bénéfices supposés de l’allaitement maternel sur le développement cérébral. Plusieurs équipes s’y penchent actuellement et ont déjà démontré qu’il favorisait le développement psychomoteur, comme le concluait une équipe de l’Inserm en début d’année. Mais toutes ces études examinent les corrélations entre les performances cognitives et l’allaitement, sans mettre en évidence ce qui se passe dans le cerveau. C’est justement ce qu’établit l’étude américaine, qui, pour la première fois, a pu observer le cerveau des enfants par des techniques d’imagerie spécifiquement conçues pour l’occasion, en l’occurrence un scanner IRM silencieux, pouvant scruter le cerveau des enfants pendant leur sommeil.

Les neurologues ont réparti les 133 enfants, âgés de 10 mois à 4 ans, en trois groupes : les allaités exclusifs, les enfants nourris au biberon, et enfin ceux qui ont reçu les deux types d’alimentation. Puis ils ont observé la croissance de la gaine de myéline, une enveloppe graisseuse qui isole les neurones de la substance blanche du cerveau. Non seulement celle-ci assure la communication entre les différentes régions du cerveau, mais en plus elle accélère le signal électrique le long des neurones, ce qui fait d’elle un bon indicateur du développement cérébral.

D’après les auteurs, la myéline se développe de 20 à 30 % plus rapidement chez les enfants exclusivement nourris par l’allaitement maternel comparée à ceux nourris au biberon. Certaines zones cérébrales sont particulièrement concernées, notamment celles liées au langage, aux émotions, et aux capacités cognitives. Autrement dit, ces observations confirmeraient par l’image ce que les études précédentes avaient mis en évidence grâce à des tests de performance cognitive. Le cerveau semble donc se développer plus rapidement, et ce dès les premiers mois d’allaitement.

Pour vérifier si la durée d’allaitement a ou non un impact, les chercheurs ont comparé la croissance de la myéline entre des enfants allaités durant moins d’un an d’une part, et des enfants allaités durant plus d’un an d’autre part. Là encore, le cerveau se développe plus rapidement chez ceux allaités plus longtemps. Enfin, pour vérifier si ces observations se traduisent par un gain de performances, les scientifiques ont fait passer une série de tests cognitifs aux enfants. Ils ont ainsi constaté que chez les enfants allaités, les scores aux tests de langage, de vision, et de contrôle moteur sont plus élevés que chez les enfants non allaités.

Barbara Heude, coauteur de la précédente étude Inserm sur l’allaitement,  juge ces résultats intéressants. « Nous avions mis en évidence un gain de performances en terme d’acquisition du langage et de développement psychomoteur chez les enfants allaités, explique la chercheuse. Le fait que les zones cérébrales associées à ces fonctions se développent plus rapidement vont donc dans le même sens que nos résultats ». Pour autant il faut rester vigilant quant aux conclusions. En effet, le lien de causalité entre allaitement et développement cérébral n’est pas clairement établi. Le contexte environnemental pourrait également en être à l’origine.

Ecoutez Barbara Heude, chercheur à l'Inserm :  « Le quotient intellectuel pourrait aussi expliquer ces observations. »




Même si un faisceau de preuves expérimentales semble se dessiner, il ne faut pas pour autant dénigrer l'alimentation au lait en poudre. De nombreux autres facteurs influent aussi sur le développement cérébral, chacun avec un impact différent. Mais les politiques de santé publique, qui soutiennent l'allaitement maternel, devraient donc maintenir le cap.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité