Publicité

MIEUX VIVRE

Tapis de gym, sofa…

FIV: les retardateurs de flammes réduisent la fertilité

Les retardateurs de flammes utilisés dans les tapis de yoga et d’autres objets en polyuréthane auraient un impact sur la fertilité, selon une étude.

FIV: les retardateurs de flammes réduisent la fertilité tonodiaz/epictura

  • Publié 26.08.2017 à 16h42
  • |
  • |
  • |
  • |


Vous pratiquez la gymnastique, faites des exercices de fitness ou du yoga. On ne peut que s’en réjouir mais attention : selon une étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives et menée par l’Université de Harvard, les tapis sur lesquels vous vous entraînez pourraient s’avérer très toxiques.

Les auteurs ont en effet mis en évidence les effets délétères sur la fertilité d’un composant chimique utilisé dans les tapis comme retardateur de flammes, mais aussi dans les sofas, les sièges de voiture et autre matériel conçu avec du polyuréthane.

Impact sur les FIV

Les chercheurs ont observé que de nombreuses femmes incluses dans l’étude présentaient des concentrations élevées de retardateurs de flammes organophosphatés (PFRs) dans leurs urines. Ces femmes avaient moins de chance de chance de devenir enceinte par le biais d’une fécondation in vitro (FIV).

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont collecté les échantillons urinaires de 211 femmes ayant eu recours à une FIV entre 2005 et 2015. Ils ont pu observer que 87 % des échantillons contenaient du bi-phosphate, 94 % contenaient du diphényle phosphate (DPHP) et 80 % contenaient de l’isopropylphényle phényle phosphate (ip-PPP)

Les femmes qui avaient les concentrations de DPHP et d’ip-PPP les plus élevées avaient 10 % de chance en moins de parvenir à une fécondation et 31 % de chance en moins d’avoir une implantation embryonnaire donnant lieu à un succès. Elles avaient également moins de chance d’achever leur grossesse (- 41 %) et de donner naissance à un enfant en bonne santé (- 38 %).

Se tenir à l'écart de ces substances

« Ces résultats suggèrent que l’exposition aux retardateurs de flammes peut être l’un des facteurs de risques qui diminue les chances de reproduction, écrivent les auteurs. Ils s’ajoutent au faisceau de preuves qui indiquent qu’il est nécessaire de réduire l’utilisation de ces substances et d’identifier des alternatives plus sûres ».

Les femmes qui cherchent à concevoir devraient se tenir à l’écart de ces substances, en choisissant du matériel sans retardateurs de flammes, insistent les chercheurs. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité