Publicité

MIEUX VIVRE

Bisphénol A, phtalates, pesticides…

Perturbateurs endocriniens : toutes les femmes enceintes exposées

L'ensemble des femmes enceintes est exposé à des polluants environnementaux. Les pesticides sont les plus présents, aux côtés des phtalates.

Perturbateurs endocriniens : toutes les femmes enceintes exposées prg0383/epictura

  • Publié 07.12.2016 à 16h57
  • |
  • |
  • |
  • |


Que ce soit dans les rues ou à leur domicile, les femmes enceintes ne sont pas protégées. Toutes sont exposées à des polluants environnementaux. Ameublement, entretien de la maison, alimentation, jardin… Les sources de contamination sont omniprésentes. Ce bilan émane de Santé Publique France, qui publie ce 7 décembre les résultats de la cohorte Elfe. Menée auprès de 4 150 femmes enceintes, elle mesure l’exposition prénatale à différents types de polluants – comme le bisphénol A ou les pesticides. Les conclusions ne sont pas rassurantes.

Des pesticides omniprésents

Au cours de leur grossesse, les femmes n’échappent pas à trois composants : les pesticides, les composés perfluorés et les dioxines, furanes et PCB – rassemblés en un même groupe. Chez l’ensemble des participantes, une exposition a pu être mesurée. Elle n’est pas anodine. Ces différents produits sont connus pour altérer la fertilité et le système endocrinien, mais aussi pour provoquer des perturbations dans le développement du fœtus.

Les taux les plus élevés concernent les pesticides, utilisés à la fois dans l’agriculture et dans le secteur privé, afin d’éliminer les nuisibles du jardin et du domicile. Ainsi, la moitié des volontaires a dans son organisme des traces de pesticides organophosphorés et 10 % de chlorophénols. Ces derniers font l’objet d’un seuil sanitaire, au-delà duquel les effets sur la grossesse sont connus. Il n’est pas dépassé. Toutefois, il s’agit du seul produit pour lequel des limites sont définies. Or, « il existe une sur-imprégnation des femmes enceintes par les pyréthrinoïdes en France », souligne Santé Publique France.

La surcharge en phtalates

Le constat n’est pas plus rassurant concernant les phtalates, utilisés en cosmétique, dans les emballages alimentaires ou encore dans certains jouets pour enfant. Ces plastifiants ont contaminé l’organisme de 99,6 % des femmes enceintes. Pour 16 d’entre elles, le seuil dépasse même 300 microgrammes par litre d’urine. La moyenne reste inférieure aux études menées par le passé. « Malgré les restrictions d’usages de certains phtalates, ceux-ci sont omniprésents dans l’environnement et les produits de consommation courante », déplore Santé Publique France.

La consommation de matières grasses en contact avec les emballages, comme les crèmes fraîches, glaces et autres entremets, augmente l’imprégnation. Celle-ci est clairement nocive : les phtalates sont toxiques pour la reproduction, cancérigènes probables. Ils perturbent également le développement des tissus ou des organes chez le fœtus. Difficile d’y échapper puisqu’on les retrouve jusque dans les traitements anti-poux et les retardateurs de flamme.

Le bilan le plus positif reste celui concernant le très médiatisé bisphénol A, désormais interdit en France. Avant même son bannissement, les taux d’exposition étaient les plus modérés, en comparaison avec les autres produits. 70 % des femmes présentaient des traces dans leur urine, toutes largement inférieures au seuil sanitaire. Les auteurs saluent le recul progressif du recours à ce plastifiant, qui perturbe les systèmes reproducteur, endocrinien, cardiovasculaire et favorise le diabète. Mais celui-ci se fait au profit d’un produit chimique tout aussi nocif : le bisphénol S.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Le bisphénol A persiste malgré l'interdiction

Depuis le 1er janvier 2015, le bisphénol A n'a plus droit de cité en France. Mais l'interdiction est-elle appliquée pour autant ? Non, répond ce 7 décembre la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Elle publie sur son site les résultats d'une série de contrôles. Le bilan est « globalement satisfaisant », affirme le compte-rendu. Mais 22 % des échantillons ne sont pas conformes aux exigences de la loi. Parmi les produits épinglés, des gobelets, canettes pour boisson ou encore un fût à bière. La DGCCRF précise tout de même que la plupart du temps, ils ont été mis sur le marché avant l'interdiction du BPA. Seuls 26 avertissements ont été émis. La Direction note une piste d'amélioration : dans 13 % des cas, le produit chimique a été repéré dans le vernis intérieur des boîtes métalliques. Abandonner les vernis époxy au profit d'autres alternatives serait une solution.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité