Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur le poisson-zèbre

Bisphénol A : son substitut perturbe le foetus

Le bisphénol S, substitut courant au bisphénol A, n’est pas plus sûr que son équivalent. Il accélère le développement du fœtus et stimule à l’excès les neurones endocrinaux.

Bisphénol A : son substitut perturbe le foetus Zebrafish Lab

  • Publié 02.02.2016 à 06h35
  • |
  • |
  • |
  • |


Le substitut au bisphénol A ne fait pas mieux que son cousin. Le bisphénol S – de plus en plus utilisé à mesure que la législation se durcit – devrait lui aussi être considéré comme un perturbateur endocrinien. En effet, il interfère avec le développement du système reproducteur, expliquent des chercheurs californiens dans la revue Endocrinology. Ils ont mis en lumière le mode d’action de ce plastifiant sur le poisson-zèbre.

Naissance prématurée

Le bisphénol A est controversé depuis 2006, date du Consensus de Chapel Hill. Ses signataires y signalent les effets délétères de ce produit. Dans certaines études, 95 % des participants y sont exposés.
Dont acte. Côté français, depuis 2010, le plastifiant est interdit dans les biberons mis sur le marché. Le pays franchit un pas supplémentaire le 1er janvier 2015, en bannissant son usage dans tout ustensile ou matériau destiné à entrer en contact avec l’alimentation. Les industriels ont alors substitué le BPA par d’autres produits non réglementés cette fois.

Mais son dérivé, le bisphénol S, n’est pas plus sûr. Plusieurs travaux ont suggéré son impact néfaste, notamment sur le développement des embryons
Cette dernière étude, menée sur le poisson-zèbre dont les œufs sont transparents, confirme la tendance. Les embryons se sont développés bien plus rapidement que la normale lorsqu’ils ont été exposés au bisphénol S. Chez le poisson, cela s'apparente à une naissance prématurée. L’effet apparaît dans les 25 heures suivant l’inclusion du produit chimique dans l’eau.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un canari dans une mine de charbon

Grâce à l’utilisation de protéines fluorescentes, il a également été possible de suivre précisément le développement des cellules cérébrales qui régulent la puberté et la fertilité. Sur ce plan, les résultats sont édifiants : le nombre de neurones endocriniens augmente de 40 %, témoin d’une stimulation excessive du système reproducteur.
Selon Nancy Wayne, auteur de l'étude, ces effets sont susceptibles de provoquer une puberté précoce et de perturber le système reproducteur. Si cette hypothèse doit être confirmée, la chercheuse avance une analogie claire : « Le poisson zèbre doit être vu comme la version aquatique du canari dans une mine de charbon. »

Son inquiétude n’est pas injustifiée : ses travaux ont montré que le bisphénol S – comme le bisphénol A – mime l’effet des œstrogènes… mais aussi des hormones thyroïdiennes ! « L’hormone thyroïdienne est cruciale pour le développement cérébral de l’embryon et du fœtus. Vous ne souhaitez pas interférer avec cette hormone pendant le développement ou à l’âge adulte », estime Nancy Wayne, contactée par Pourquoidocteur.

Des effet strictement similaires

Un effet multiple qui doit être reproduit chez d’autres espèces. S’il est démontré, il pourrait contribuer à expliquer l’accroissement des naissances prématurées et des pubertés précoces. Mais, comme le souligne René Habert, toxicologue de la reproduction qui a longuement travaillé sur le sujet, « on possède très peu de connaissances sur les effets du BPS. Sur le BPA, on dispose d’environ 9000 publications, contre 90 sur le BPS. »
Un faisceau d'arguments concordants doit être récolté, car des travaux sur l'homme ne sont pas envisageables. « Ce type d’études contrôlées ne sont pas réalisables chez l’être humain à cause de considérations éthiques, précise Nancy Wayne à Pourquoidocteur. Mais nous ne sommes pas si différents dans la manière dont nos cellules réagissent aux produits chimiques, y compris aux toxines. »
Une première piste a été lancée par l'équipe de René Habert, qui officie à l'université Paris-Diderot et au CEA (1) : bisphénols A et S ont les mêmes effets.

Ecoutez...
René Habert, toxicologue de la reproduction : « Le bisphénol S a rigoureusement les mêmes effets que le bisphénol A, aux mêmes concentrations. A-t-on remplacé le BPA par un produit aussi dangereux ? La question se pose. »


De fait, ces deux bisphénols ont une structure extrêmement proche. « Ce qu'il s'est passé, c'est qu'on a mesuré un paramètre in vitro vers 2005. Il montrait que le BPS était moins nocif que le BPA, explique René Habert. Mais ce paramètre était très loin de la physiologie. Lorsqu'on replace le tout dans un organisme, les résultats diffèrent. »

En l'attente de résultats plus concluants ou d'une législation plus ferme, la prudence est recommandée. Le bisphénol S est particulièrement utilisé dans les biberons en plastique. Leurs équivalents en verre peuvent être privilégiés.

 

(1) CEA : Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité