Publicité

MIEUX VIVRE

Hospices civils de Lyon

Choc toxique : 6 000 femmes ont répondu à l'appel des chercheurs

Pour mieux comprendre cette maladie, des chercheurs lyonnais ont appelé les femmes à donner leur tampons usagés. En 5 jours, ils ont reçu plus de 6 000 propositions.

Choc toxique : 6 000 femmes ont répondu à l'appel des chercheurs MichalLudwiczak/epictura

  • Publié 24.10.2016 à 17h18
  • |
  • |
  • |
  • |


La collecte de tampons usagés est un « immense succès ». « Près de 6 000 demandes de kit ont été enregistrées alors que le quota fixé pour l’étude était de 1 000 échantillons », se réjouissent les Hospices civils de Lyon (Rhône) à l’origine de cet appel aux dons insolite mercredi dernier. Ces kits servent à renvoyer les tampons usagés. Objectif : étudier le syndrome du choc toxique en forte augmentation ces dernières années. 

Cette maladie féminine est causée par un staphylocoque doré présent naturellement dans la flore vaginale. Parmi ces bactéries, un quart libère une toxine qui peut provoquer le choc toxique lorsque le tampon est porté plus de 8 heures – le délai maximum. Et « plus le tampon a une forte capacité absorbante, plus le risque est élevé », a expliqué à Pourquoidocteur le Pr Gérard Lina, directeur du laboratoire de bactériologie au CH Lyon-Sud . En 2014, 22 femmes ont été victimes du choc toxique menstruel contre 5 en 2004, soit une proportion multipliée par 4 en 10 ans. Bien que ce syndrome soit rare, il peut entraîner de graves complications, voire être mortelle.

Mais du fait de sa rareté, le syndrome du choc toxique est encore peu connu. Pour mieux comprendre l’ampleur de ce phénomène, et surtout mieux le prévenir, les chercheurs de Lyon, en collaboration avec le centre national de référence des staphylocoques, ont lancé une enquête sur l’utilisation de ces produits d’hygiène.

L’étude est en cours depuis 2 ans, mais seulement 300 échantillons avaient été envoyés. Mais le nouvel appel aux dons relayé par les médias la semaine dernière a eu un immense écho auprès des femmes. Depuis mercredi, le Pr Lina reçoit plus de 1 000 mails par jour. Un retentissement auquel ils ne s’attendait pas et qui lui permet de mettre fin à l’appel dès aujourd’hui.

 

Ecoutez...
Gérard Lina, directeur du laboratoire de bactériologie et des mycobactéries au CH Lyon-Sud : « Depuis le lancement de l’appel aux dons mercredi, j’ai reçu plus de 1000 mails par jour... »

 

Le spécialiste s’est engagé à répondre à toutes les femmes ayant envoyé des demandes de kit. Mais il prévient que cela pourrait lui prendre du temps : il a plus de 3 000 mails de retard.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité