Publicité

QUESTION D'ACTU

Ebola menace l'existence du Libéria


  • Publié 10.09.2014 à 08h32
  • |
  • |
  • |
  • |


« Ebola, bienvenue en enfer », « Dans l'horreur du centre d'Elwa »... Les titres de la presse sont à l'unisson ce matin. Pas de nouveau bilan pourtant. Le Figaro ou encore Le Monde mettent à la une des reportages décrivant « l'enfer » que vivent les volontaires des ONG, mais aussi la population en Afrique de l'Ouest. Et tout particulièrement au Libéria.


Dans le centre Elwa de Monrovia, où Tanguy Berthemet du Figaro s'est rendu, « MSF n’a pas d’autres choix que de ne prendre en charge que les plus atteints », écrit ce dernier. « C’est une horreur. Cela va à l’encontre de tout ce que l’on doit faire », lance Pierre, consterné. Malgré l'horreur et le découragement, les procédures de sécurité sont respectées à la règle : combinaison, gants, cagoule, procédures d'isolation... « Pour l’avoir oublié, les zones de quarantaine des hôpitaux publics du Libéria sont devenues des mouroirs avant d’être désertées par des Libériens terrorisés », indique Le Figaro.

Christophe Châtelot, du Monde, s'est rendu dans le même centre et y a évidemment perçu le même découragement. « Il n'y a rien de pire pour nous, sur le plan humain et sanitaire, parce que l'on ne coupe pas la chaîne de contamination », lâche, dépitée, Laurence  Sailly, coordinatrice des urgences à MSF Belgique, dans les colonnes du Monde. Il n'empêche, les ONG tentent de faire face en augmentant sans cesse les capacités d'accueil de leurs centres de soin. Mais, elles courent derrière l'épidémie qui a déjà fait 2 300 morts et qui n'a jamais semblé autant hors de contrôle.


Une course contre la mort que le Libéria serait en train de perdre. « L'existence du Libéria est gravement menacée », a clamé le ministre libérien de la Défense devant le Conseil de sécurité de l'ONU. La maladie « se propage comme un feu de forêt, dévorant tout sur son passage », a-t-il lancé. Et en face, le petit pays d'Afrique de l'Ouest manque cruellement d'infrastructures, d'expertise, de ressources financières...

Face à ce cri d'alarme du Libéria, la communauté internationale n'est pas sourde. Le secrétaire général de l'ONU a annoncé une réunion internationale fin septembre pour susciter des contributions. Reste à savoir si les moyens débloqués seront à la hauteur...

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité