Publicité

QUESTION D'ACTU

Quatre molécules

Des médicaments augmentent le risque de démence chez les seniors

D'anciennes classes de médicaments sont associées à un risque accru de démence chez les seniors. Mais des substituts plus modernes sont disponibles dans la plupart des cas.

 Des médicaments augmentent le risque de démence chez les seniors GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 27.01.2015 à 23h16
  • |
  • |
  • |
  • |


Certains médicaments sont associés à un risque de démence, selon une étude parue dans le JAMA Internal Medicine qui a évalué l’effet de quatre molécules sur dix ans. Mais dans la plupart des cas, soulignent les chercheurs, un substitut récent existe.

 

Une action sur les neurotransmetteurs

Une équipe de l’université de l’Etat de Washington à Seattle (Etats-Unis) a recruté plus de 3 400 seniors (65 ans et plus). Aucun ne souffrait de démence au début de l’étude, en 2004. A son terme, en septembre 2012, 23 % en présentaient les symptômes. A l’aide des dossiers médicaux des patients, les chercheurs ont évalué l’impact de la prescription de quatre médicaments à effet anticholinergique, c’est-à-dire qui bloquent les effets de l'acétylocholine, un neurotransmetteur.

 

Prescrits sur une longue durée, ou à haute dose, les médicaments anticholinergiques sont associés à un risque accru de démence, qui pourrait ne pas être réversible. Quatre spécialités sont concernées. Une dose de 4 mg par jour de l’anti-histaminique de 1ère génération diphenydramine suffit à augmenter le risque. Mais ce médicament ne dispose plus d’autorisation de mise sur le marché (AMM). Une nouvelle molécule, plus sûre, l’a remplacée : la Ioratidine.

 

Surveiller les traitements

Une prescription de 10 mg/jour de l’antidépresseur tricyclique doxépine sur trois ans augmente également le risque. Le Sinequan ne dispose plus d’AMM, mais celle du Quitaxon est toujours valable. Cependant ces médicaments ont été remplacés par une gamme plus récente, les inhibiteurs sélectifs du receptage de la sérotonine (citalopram, fluoxitène). Ils sont donc très peu prescrits.

Un véritable problème se pose dans le cas de l’oxybutynine (Ditropan), considérée comme le traitement de référence de l’incontinence urinaire. Prendre 5 mg/jour augmenterait le risque de démence, mais il n'existe pas de molécule de substitution. Le  service médical rendu de ce médicament avait par ailleurs été jugé modéré par la Haute Autorité de Santé.

 

« Si les prescripteurs doivent fournir un traitement aux effets anticholinergiques parce qu’il s’agit du meilleur traitement pour leur patient, ils devraient utiliser la dose efficace minimum, surveiller le traitement régulièrement pour s’assurer qu’il fonctionne, et l’interrompre si ce n’est pas le cas », conseille le Dr Shelly Gray, principal auteur de l’étude. Elle souligne aussi  que l' étude ne concerne que les seniors.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité