• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Dépression saisonnière

Comment le manque de lumière en hiver modifie le cerveau et le comportement

Une nouvelle étude américaine éclaire le rôle de certains neurones qui permettent au cerveau de s’adapter aux différences de durée d'exposition à la lumière au cours des changements de saisons. Ce qui expliquerait notamment la "dépression saisonnière".

Comment le manque de lumière en hiver modifie le cerveau et le comportement Alexey Yaremenko/iStock


  • Publié le 07.09.2022 à 18h02
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Durant la période hivernale, les journées sont courtes et la luminosité moins intense : elle passerait de 100 000 lux (unité de mesure de la luminosité) les jours d’été ensoleillés à parfois à peine 2 000 lux les jours d’hiver.
  • La dépression saisonnière, ou trouble affectif saisonnier, est une dépression liée au manque de lumière naturelle. En Europe, elle concernerait de 1.3 à 4.6% de la population.
  • S'exposer le plus possible à la lumière du jour et manger assez d'acide gras oméga 3 permettrait de prévenir les baisses de moral et de motivation, quel que soit le moment de l'année.

La durée d’exposition à la lumière selon les saisons - des journées plus longues en été, plus courtes en hiver - est depuis longtemps associée à des changements de comportements. Le sommeil, les habitudes alimentaires, l'activité cérébrale et hormonale, tout est chamboulé.

L’exemple de la dépression saisonnière

La dépression saisonnière est un bon exemple. Ce type de dépression, liée à une exposition réduite à la lumière naturelle, survient généralement pendant les mois d'hiver et est beaucoup plus répandu dans les pays à l’extrême nord, comme en Scandinavie, là où les heures de soleil sont les plus courtes. La luminothérapie s'est avérée être un remède efficace pour traiter la dépression saisonnière. Mais jusqu’ici on ne comprenait pas vraiment le mécanisme qui provoque ces changements d’humeur.

Tout se passe au niveau des neurones

Selon une nouvelle étude, publiée dans Science Advances, cela se passerait au niveau de certains neurones. Les chercheurs de l'université de Californie à San Diego ont pu éclairer ce processus grâce à des souris. Ils ont découvert qu’en réponse aux variations de la durée du jour, certains neurones modifient la manière dont des neurotransmetteurs clés interagissent entre eux. Ce qui déclencherait ensuite des changements de comportement et une altération de l’activité cérébrale.

Le rôle du noyau suprachiasmatique

Ces neurones sont nichés dans l'hypothalamus, la partie du cerveau impliquée dans la régulation de fonctions importantes comme la faim, la soif, le sommeil, le comportement sexuel ou les émotions. Plus précisément, dans une petite structure appelée le noyau suprachiasmatique (SCN), composé d'environ 20 000 neurones. Le SCN est le chronométreur du corps : il régule la plupart des rythmes circadiens - les changements physiques, mentaux et comportementaux qui suivent un cycle de 24 heures. Le SCN fonctionne grâce aux cellules photosensibles de la rétine qui communiquent les changements de lumière et de durée du jour à notre corps. Étant donné son rôle, le SCN pourrait devenir une cible prometteuse pour de nouveaux traitements des troubles associés aux variations saisonnières d'exposition à la lumière.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES