• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Baisse des anticorps

Un lien entre qualité du sommeil et gravité des maladies pulmonaires

Un mauvais sommeil pourrait expliquer pourquoi certains patients atteints de maladies pulmonaires s'en sortent moins bien que d'autres.

Un lien entre qualité du sommeil et gravité des maladies pulmonaires dragana991


  • Publié le 08.06.2022 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude américaine montre que les poussées de bronchopneumopathie chronique obstructive sont liées à l'insomnie.
  • En France, 5 à 10 % des personnes de plus de 45 ans souffrent de cette maladie pulmonaire.

95 % de poussées en plus par rapport à ceux qui ont un bon sommeil : c’est le risque encouru par les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO, qui ne dorment pas assez.

La BPCO est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation et une obstruction permanente et progressive des bronches.

Avec le temps, ces poussées, qui se manifestent par une aggravation de l'essoufflement et de la toux, peuvent provoquer des lésions pulmonaires irréversibles et accélérer la progression de la maladie et la mortalité.

Baisse des anticorps

Publiée dans la revue Sleepces résultats pourraient expliquer en partie pourquoi les patients afro-américains atteints de BPCO ont tendance à moins bien s’en sortir que les patients blancs a déclaré le premier auteur, Aaron Baugh, MD, un collaborateur clinique de la Division de la médecine pulmonaire, des soins intensifs, des allergies et du sommeil de l'Université de Californie et de l'Institut de recherche cardiovasculaire.

"Les Afro-Américains sont surreprésentés dans les quartiers à faibles revenus, où les gens sont moins susceptibles d'avoir un sommeil de bonne qualité. Ils peuvent vivre dans des espaces surpeuplés, avec plusieurs colocataires, et avoir des conditions de sommeil moins confortables, comme un canapé, et ils peuvent avoir un travail avec un horaire variable qui se prête à la perturbation du sommeil", explique Baugh, notant que la recherche montre que le manque de sommeil est associé à une baisse des anticorps qui combattent les infections et des cytokines protectrices.

Les cytokines sont des molécules essentielles, produites naturellement par notre système immunitaire.

Sur une période de trois ans, les chercheurs ont enregistré les poussées, définies comme une aggravation à court terme des symptômes nécessitant un traitement, et ont comparé leur incidence avec les données auto-déclarées sur la qualité du sommeil de 1647 patients atteints de BPCO.

Ils ont constaté qu’un mauvais sommeil fait passer le risque de poussées de 25 à 95 %.

Un effet plus prononcé que l’impact du tabagisme

En effet, au début de l'étude, l'âge moyen des participants était de 65 ans et le stade moyen de la maladie était modéré. Plus de la moitié des participants (57 %) étaient des hommes ; 80 % étaient blancs et 14 % afro-américains.

Tous étaient des fumeurs ou d'anciens fumeurs ce qui n'est pas surprenant puisque dans plus de 80% des cas, la cause de la BPCO est le tabagisme. 

Les chercheurs ont constaté que, par rapport aux participants dont le sommeil était optimal, ceux dont le niveau de base était mauvais avaient 25 % de chances supplémentaires de souffrir d'une poussée dans l'année qui suivait, et près de 95 % dans l'année qui suivait pour ceux dont le sommeil était le plus mauvais.

"Cela peut représenter un effet plus prononcé que l'impact du tabagisme sur une période de 40 ans, par rapport à une période de 60 ans", a déclaré Baugh.

Hygiène du sommeil

Les Afro-Américains étaient 63% à signaler un mauvais sommeil contre 52% pour les participants blancs.

"Si des facteurs comme la couverture d'assurance maladie ou les risques respiratoires peuvent jouer un rôle important dans la gravité de la maladie, le mauvais sommeil peut prendre encore plus d'importance lorsque le statut social des Afro-Américains s'améliore", a déclaré Baugh.

"Cela peut conduire à une sorte de paradoxe : en réduisant un facteur de risque, un nouveau facteur de risque - le mauvais sommeil - peut prendre sa place", ajoute-t-il.

L'auteur principal et pneumologue Neeta Thakur, de la faculté de médecine de l'Université de Californie, San Fransciso, a déclaré que les questions relatives au sommeil sont souvent négligées par les médecins qui évaluent les patients atteints de BPCO.

Pourtant, l'hygiène du sommeil et les aides au sommeil “peuvent améliorer considérablement leur santé", a-t-elle déclaré.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES