• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Mystère médical

Une centaine de cas de tumeurs cérébrales dans un même lycée américain

Des membres du personnel ou des anciens élèves sont concernés par ces tumeurs, qui prennent pour certains la forme d’un glioblastome, un cancer cérébral particulièrement agressif.

Une centaine de cas de tumeurs cérébrales dans un même lycée américain Zinkevych/ISTOCK


  • Publié le 19.04.2022 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le glioblastome a des causes parfois génétiques, mais elles peuvent aussi être environnementales.
  • L’école a été construite en 1967.
  • À l’époque, elle était la première construction dans le secteur, boisé jusqu’alors.

Que se passe-t-il dans la Colonia High School du New Jersey ? Près d’une centaine de personnes, d’anciens étudiants ou membres du personnel, ont développé des tumeurs cérébrales. L’une d’elles estime que le fait d’avoir fréquenté cet établissement pourrait en être la cause.

Al Lupiano, ancien élève, devenu spécialiste de l’environnement, a souffert d’une tumeur cérébrale il y a vingt ans. S’il est remis depuis, sa femme et sa sœur, qui ont elles aussi été scolarisées dans cette école, ont elles aussi développé des cancers du cerveau. "Ma sœur a appris qu'elle avait une tumeur cérébrale primaire, raconte-t-il à CBS New York. Malheureusement, il s'est avéré qu'il s'agissait d'un glioblastome de stade 4. Deux heures plus tard, nous avons appris que ma femme avait également une tumeur cérébrale primaire." Début 2022, sa sœur est décédée de la maladie. 

Des causes environnementales ? 

Intrigué par la survenue de ces tumeurs, il a publié un message sur les réseaux sociaux afin de savoir si parmi ses anciens camarades d’école, certaines personnes avaient aussi développé des cancers du cerveau. Il a recensé près de 100 personnes atteintes et ayant toutes fréquenté le même établissement scolaire. Certaines ont développé des tumeurs particulièrement agressives : les glioblastomes.

"Ce que je trouve alarmant, c'est qu'il n'y a vraiment qu'un seul lien environnemental avec les tumeurs cérébrales primaires : c'est le rayonnement ionisant", poursuit-il. Ce sont des formes d’énergie propagées par des ondes électromagnétiques ou des particules. "Des effets sanitaires aigus tels que des brûlures cutanées ou un syndrome d’irradiation aigu peuvent se produire lorsque les doses de rayonnements dépassent un certain niveau", précise l’Organisation mondiale de la santé. "Ce n'est pas de l'eau contaminée. Ce n'est pas de l'air. Ce n'est pas quelque chose dans le sol. Ce n'est pas quelque chose qui est la conséquence de mauvaises habitudes", insiste Al Lupiano. 

Des recherches sont en cours 

Ce cluster potentiel inquiète les autorités locales. "S’il y a quelque chose ici, le plus vite nous le savons, le mieux c’est, car nous pourrons réagir", a déclaré le maire de la ville, John McCormack, à Fox5. Des boîtes ont été placées dans l’établissement le 9 avril afin de récolter des échantillons d’air. D’autres ont été placées dans le sol pour détecter d’éventuels dépassements des niveaux de radiation. Les différents tests devraient s’achever cette semaine et leurs résultats sont attendus un mois plus tard.

"Si nous trouvons quelque chose, ce n'est pas le bout du chemin. Ce n’est que le début, conclut Al Lupiano. Et si nous ne trouvons rien, nous devrons continuer à chercher pour nous assurer qu'il n'y a pas de danger et, s'il y en a un, nous devons le supprimer."

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES