• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychologie

A quel âge les ados sont-ils le plus perturbés par les réseaux sociaux ?

Entre 11 et 15 ans, la qualité de vie des adolescents peut être perturbée par un usage excessif des réseaux sociaux.

A quel âge les ados sont-ils le plus perturbés par les réseaux sociaux  ? bokan76/.iStock

  • Publié le 29.03.2022 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une équipe de chercheurs a étudié le lien entre utilisation des médias sociaux et la satisfaction de vie des jeunes
  • Les périodes où les adolescents sont les plus vulnérables divergent selon le sexe sans que l’on sache encore exactement pourquoi
  • En France 87% des enfants de 12 ans possèdent leur propre smartphone d’après une étude sur les médias sociaux et les jeunes  

D’après une étude de l’université de Cambridge publiée ce lundi dans Nature Communication, les filles et les garçons pourraient être plus vulnérables aux effets négatifs de l'utilisation des médias sociaux à différents moments de leur adolescence : particulièrement entre 11 et 13 ans pour les filles et entre 14 et 15 ans pour les garçons.

17 400 jeunes âgés de 10 à 21 ans

En un peu plus de dix ans, les réseaux sociaux ont bouleversé notre rapport au monde et aux autres et même après des années de recherche, une grande incertitude demeure notamment concernant le lien entre l'utilisation des médias sociaux et le bien-être. Pour étudier la question, une équipe de scientifiques comprenant des psychologues, des neuroscientifiques et des modélisateurs s’est penchée sur la relation complexe entre l’utilisation des réseaux sociaux et la satisfaction de vie déclarée en analysant deux ensembles de données britanniques comprenant quelque 84 000 individus âgés de 10 à 80 ans. Ces ensembles comprenaient des données longitudinales - c'est-à-dire des données qui suivent les individus sur une période donnée - sur 17 400 jeunes âgés de 10 à 21 ans.

Ils ont ainsi trouvé des périodes clés de l'adolescence où l'utilisation des médias sociaux était associée à une diminution de la satisfaction de vie 12 mois plus tard.

A l’inverse, ils ont également constaté que les adolescents dont la satisfaction de vie est inférieure à la moyenne utilisent davantage les médias sociaux un an plus tard. Ainsi, il apparaît que les impacts négatifs vont dans les deux sens, ce qui complique encore davantage l’étude de la relation entre les jeunes et les réseaux sociaux.

Une sensibilité liée au développement?

Ils ont noté des différences entre les sexes et les raisons pourraient être diverses. En effet, chez les filles, l'utilisation des médias sociaux entre l'âge de 11 et 13 ans était associée à une diminution de la satisfaction dans la vie un an plus tard, alors que chez les garçons, ce phénomène s'est produit entre l'âge de 14 et 15 ans. Le professeur Sarah-Jayne Blakemore, professeur de psychologie et de neurosciences cognitives à Cambridge et co-auteur de l'étude, a déclaré : "Il n'est pas possible de mettre le doigt sur les processus précis qui sous-tendent cette vulnérabilité. L'adolescence est une période de changements cognitifs, biologiques et sociaux, qui sont tous liés entre eux, ce qui rend difficile de démêler un facteur d'un autre. Par exemple, on ne sait pas encore très bien ce qui peut être dû à des changements dans le développement des hormones ou du cerveau et ce qui peut être dû à la façon dont un individu interagit avec ses pairs."

Chez les femmes comme chez les hommes, l'utilisation des médias sociaux à l'âge de 19 ans était à nouveau associée à une diminution de la satisfaction dans la vie un an plus tard. Selon les chercheurs, même si d’autres recherches complémentaires sont nécessaires, il est possible qu'à cet âge, les changements sociaux - comme le fait de quitter le domicile familial ou de commencer à travailler - nous rendent particulièrement vulnérables. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES