• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Longévité

Et si faire baisser sa température corporelle était le secret pour vivre plus longtemps ?

Adopter un régime hypocalorique permet de ralentir le métabolisme, ce qui entraîne une réduction de la température du corps et un gain d’espérance de vie.

Et si faire baisser sa température corporelle était le secret pour vivre plus longtemps ? RossHelen/iStock


  • Publié le 16.03.2022 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Dans l’Hexagone, sur la période 2020-2025, l’espérance de vie à la naissance pour les femmes est de 85,8 ans et de 80,3 ans pour les hommes.

"Les relations entre le taux métabolique, la température corporelle, la composition corporelle et le vieillissement sont complexes et ne sont pas entièrement résolues. En particulier, la température du corps et le taux métabolique changent souvent en parallèle, ce qui rend difficile le démêlage de leurs effets". C’est ce qu’ont indiqué des chercheurs de l’université de Wenzhou (Chine) et de l'université d'Aberdeen (Écosse) dans une étude parue dans la revue Nature Metabolism le 14 mars. À l’issue de ces travaux, ils ont constaté qu’une température corporelle basse était associée à une vie plus longue.

Exposer des rongeurs soumis à une restriction calorique à des températures élevées

Pour parvenir à cette découverte, les scientifiques ont mené une expérience sur des souris et des hamsters. Le but des auteurs était de pousser leur taux métabolique et leur température corporelle dans des directions opposées.

Pour ce faire, ils ont exposé les animaux, soumis à une restriction calorique, à des températures élevées, ce qui a entraîné une réduction de leur durée de vie, coïncidant avec une baisse du taux métabolique et une augmentation de la température du corps. Cela "nous permet de séparer expérimentalement les impacts de la température du corps et du taux métabolique sur la durée de vie", peut-on lire dans les travaux. "Nous avons constaté que l'exposition des rongeurs à ces conditions raccourcissait leur durée de vie", a déclaré John R. Speakman, auteur de l’étude, dans un communiqué.

Lors de l’étape suivante de l’expérience, l’équipe a utilisé des petits ventilateurs pour souffler de l’air sur les rongeurs exposés à des températures élevées. D’après les résultats, cette technique n’a pas affecté leur métabolisme, mais elle a empêché les souris et les hamsters de voir leur température corporelle augmenter. Dans ces conditions, la durée de vie des animaux n’a pas diminué.

Le rôle de la température corporelle sur la longévité

Les chercheurs en ont conclu que la température corporelle semblait avoir un rôle beaucoup plus important dans la détermination de la durée de vie que le taux métabolique. "Nous avons séparé l'effet de la température corporelle sur la durée de vie du taux métabolique chez ces petits rongeurs exposés à des températures élevées. L’utilisation de petits ventilateurs pour souffler de l'air sur les animaux a inversé l'effet de la température ambiante élevée sur la durée de vie en diminuant la température corporelle sans modifier le taux métabolique", a déclaré Zhao Zhijun, auteur principal des recherches.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES