• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Accident domestique

Votre enfant a avalé une pile bouton : que faire ?

On les trouve dans les télécommandes, les montres ou les jouets pour les tout-petits. Les piles boutons représentent un danger pour les enfants en bas âge. En cas d’ingestion, il convient d’agir sans attendre, selon la Haute Autorité de Santé (HAS). Dans un récent avis, elle donne ses recommandations pour réagir vite face à ce type d’accident.

Votre enfant a avalé une pile bouton : que faire ? FotoDuets/iStock


  • Publié le 17.02.2022 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Des outils pratiques, qui récapitulent l’ensemble de la prise en charge et qui permettent de la visualiser d’un seul coup d’œil, permettent aux professionnels de santé d’intégrer les bonnes pratiques et les bons réflexes.
  • La STC et la HAS s’adressent aux pouvoirs publics et leur conseillent de mettre en place une information itérative auprès du grand public, des professionnels de la petite enfance et des professionnels de santé sur les risques liés à l’ingestion d’une pile bouton.
  • Les deux instances recommandent aussi de travailler avec les industriels responsables de la mise sur le marché des piles boutons pour favoriser la fabrication et l’utilisation de piles boutons d’un diamètre inférieur à 15 mm, mais aussi pour sécuriser les appareils fonctionnant avec ces piles.

Elles sont petites, brillantes, plates et rondes. Les piles boutons, qui se retrouvent dans plusieurs objets de notre quotidien, attirent l’œil des jeunes enfants. Ces derniers qui mettent souvent des petits objets dans leur bouche peuvent facilement les avaler. Problème : en cas d’ingestion, ces piles boutons peuvent être un danger mortel pour les enfants, en particulier pour ceux âgés de 5 ans ou moins. Elles peuvent se bloquer dans l’œsophage et provoquer, par leur action électrique dans ce milieu humide, une brûlure locale. C’est pourquoi "en cas d’ingestion, il est primordial de réagir très vite", d’après la Haute autorité de santé (HAS) et la Société de Toxicologie clinique (STC).

"Bien que cette problématique ne soit pas récente et que des actions de santé publique aient déjà été menées pour sensibiliser les parents, on constate une augmentation en France des cas d’ingestion de piles de grand diamètre. Or, à ce jour, aucune recommandation française ne définit précisément la prise en charge des enfants ayant ingéré une pile bouton", peut-on lire dans l’avis publié par la HAS ce 16 février. Dans ce communiqué, les deux instances donnent leurs conseils pour améliorer la prise en charge d’un enfant ayant avalé une pile bouton.

Réagir sans attendre en d’ingestion d’une pile bouton ou de doute

La STC et la HAS rappellent que chaque minute compte en cas d’ingestion d’une pile bouton. "Il ne faut pas perdre de temps devant l’ingestion d’une pile bouton, que l’ingestion soit avérée ou simplement supposée", insistent-elles. Face à cet accident, il est recommandé de laisser à jeun l’enfant et de ne pas le faire vomir. Les deux instances préconisent d’appeler directement le 15 ou un centre d’antipoison afin de déclencher sans délai l’évaluation et la prise en charge adaptée du tout-petit.

Une radiographie thoracique pour confirmer l’ingestion

Une fois que l’enfant est arrivé aux urgences ou dans un cabinet médical, sa prise en charge de l’enfant doit être minutée pour éviter une issue potentiellement mortelle. Il est conseillé que le tout-petit réalise une radiographie du thorax afin de confirmer l’ingestion et de déterminer la localisation de la pile bloquée dans l’œsophage, qui est une "urgence vitale".

La STC et la HAS précisent que lorsque la pile est enclavée dans cette partie du tube digestif, une endoscopie digestive haute doit être rapidement effectuée car le risque de complications graves, c’est-à-dire de brûlure œsophagienne sévère, est majoré au-delà de deux heures. "Si la pile se trouve dans l’estomac, la prise en charge doit être adaptée à chaque situation, et une endoscopie digestive est parfois nécessaire", spécifient les instances.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES